MANAGER DES RISQUES ET DES ASSURANCES DE L’ENTREPRISE à Distance


La distance

Le cursus de niveau MBA, en Assurance à Distance « Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise » est une formation se déroulant pour l’essentiel par correspondance, mais comprenant également des sessions de regroupement à l’école, afin de permettre aux étudiants et/ou aux participants à la formation de rencontrer et poser leurs questions à un formateur professionnel.

Les objectifs principaux des journées de regroupement sont, pour les apprenants, de :

  • développer et approfondir les thèmes abordés dans les modules,
  • rencontrer physiquement les formateurs et les autres candidats préparant le diplôme,
  • poser aux professeurs leurs questions sur les points qui n’auraient pas bien été assimilés lors de la lecture et de l’étude des modules.

Les sessions de regroupement sont animées par des spécialistes de leur branche, à l’écoute du marché et des évolutions des métiers.

Répondant aux exigences les plus diverses, la formation à distance présente de nombreux avantages, dont celui :

  • de travailler à son propre rythme,
  • d’organiser son emploi du temps à sa convenance
  • de se former et d’acquérir une qualification tout en restant en fonctions dans son entreprise (pour les salariés désirant augmenter leur niveau de compétence).

Les prestations de formation proposées aux étudiants et/ou aux participants du cursus « Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise » de l'ESA sont les suivantes :

  • Fourniture des livrets de cours et du matériel pédagogique,
  • Envoi de devoirs et de mini-études de cas, qui sont par la suite corrigés,
  • Organisation de sessions de regroupement,
  • Organisation d’une visite de risque,
  • Assistance pédagogique personnalisée,
  • Soutenance de la thèse devant un Jury de l’ESA,
  • Délivrance, en cas de réussite aux examens, du titre : « Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise » (Titre de Niveau I, enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles)

Présentation

Formation Assurance en AlternanceLe Risk Management est une discipline qui prend de plus en plus d'importance au sein des entreprises, dans la mesure où, depuis la transposition en droit français, en 2008, de la 8ème Directive Européenne sur le contrôle légal des comptes, un rôle central a été conféré au Comité d'Audit, comité auquel a été assignée la tâche d'assurer un suivi de « l'efficacité de la gestion des risques de l'entreprise ».

Cette mesure a visé à responsabiliser les organes de gouvernance en matière d'identification et de gestion des risques. Elle a d'ailleurs revêtu une telle importance et eu un tel impact que l'agence de notation Standard & Poors a décidé d'intégrer un critère de notation totalement dédié à la pertinence de la gestion globale des risques dans les entreprises.

Aussi, sensible à l'intérêt grandissant que suscitent les problématiques liées à la gestion des risques au sein des entreprises, et consciente des besoins que la plupart de ces mêmes entreprises ont désormais de s'entourer de Risk Manager ou de consultants spécialisés en Risk Management performants, l'Ecole Supérieure d'Assurances a mis en place un cursus de formation de deux ans en Risk Management, intitulé :


Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise

Cette formation en Assurance en alternance, cursus d'excellence en Risk Management, prépare tout d'abord à l'obtention d'un titre professionnalisant, intitulé :


  • Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise
    Titre de Niveau I, enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles
    Code NSF313

Cette formation en Assurance en alternance prépare également au diplôme européen intitulé :

  • European Master of Science in Business, Spécialité : Risk Management and Insurance
    Accrédité par The European Accreditation Board of Higher Education Schools (E.A.B.H.E.S)

  • CERTIFICATION « CHEF DE PROJET DIGITAL MARKETING » SPECIALISÉ DANS LES METIERS DE L'ASSURANCE
    Pour les étudiants ayant validés la certification «  chef de projet digital marketing, spécialisé dans les métiers de l'assurance » délivrée par OPENCLASSROOM et l'Ecole Supérieure d'Assurances.

Enfin, le Risk Manager devant exercer la plupart du temps ses fonctions dans un environnement international où l'anglais est la langue de référence, le cursus en Assurance en Alternance « Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise » inclut 112 heures de cours d'anglais sur les deux années de formation, en vue de préparer les participants à passer le :

Formation Assurance en Alternance

Test of English for International Communication (TOEIC)

Test créé par l'Educational Testing Service (ETS) aux USA

Le TOEIC est un examen international mondialement reconnu permettant d'évaluer le niveau d'anglais écrit et oral d'un candidat, notamment dans un contexte professionnel.

 

Présentation de la gestion des risques

Appliquée aux entreprises, la Gestion des Risques s’attache à identifier les risques qui pèsent sur les actifs de l’entreprise. Toute activité économique entraîne des risques que les dirigeants doivent gérer et avant tout évaluer. Pour cela, il faut les identifier et les réduire au minimum, supporter financièrement la charge de ceux qu’ils jugent acceptables, traiter par des tiers selon des processus d’externalisation les risques liés à certaines activités et, enfin, en transférer certains auprès des sociétés d’assurances.

Il y a quatre manières de gérer le risque :

  • L’évitement : l’activité présentant un Risque, on renonce à cette activité
  • L’acceptation : le Risque est accepté et l’on contracte une assurance si le risque est assurable et si l’on souhaite le transférer
  • La réduction du risque : maîtrise du Risque par des mesures de protection et de prévention
  • Le transfert : l’entreprise sous-traite l’activité à Risques

On distingue deux catégories d’actifs : les non financiers et les financiers.

Les actifs non financiers

Ce sont les actifs non circulant ou immobilisés de l’entreprise : bâtiment, véhicules, machines… auxquels s’ajoute le personnel employé dans le cadre de l’activité. Les outils de gestion de ces risques sont :

  • La prévention, ce qui suppose l’évaluation préalable du risque
  • La diversification du risque
  • L’assurance qui ne couvre que le risque assurable
  • Les actifs financiers

Les risques liés aux actifs financiers couvrent quatre risques :

  • Le Risque de contrepartie : c’est le risque que la partie avec laquelle un contrat a été conclu ne tienne pas ses engagements (livraison, paiement…)
  • Le Risque de taux : c’est le risque que le taux de crédit évolue défavorablement
  • Le Risque de change : c’est le risque sur les variations du cours des monnaies entre elles
  • Le risque de liquidité : c’est le risque sur la facilité à acheter ou à revendre un actif

Quelle que soit la taille de l’entreprise, chaque type de Risque nécessite un type de réponse appropriée.

Objectifs

L’objectif du cursus « Manager des Risques et des Assurances de l’Entreprise » est de fournir :

  • la démarche générale d’audit et les principales techniques
  • une méthodologie qui s’applique à tout type de risque
  • les différents outils à la disposition des entreprises pour le transfert ou la rétention des risques
  • des outils de prévention et d’action

Au terme de leur formation, les participants auront une vision globale et une compréhension des risques auxquels l’entreprise est exposée, tout en ayant été confrontés aux réalités modernes de la gestion des entreprises.

 

Poursuites d'études



Programme

Le programme du cursus « Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise » s'articule autour de 37 modules, répartis sur 24 mois. Les cours totalisent 880 heures d'enseignement et de contrôle des connaissances (430 heures la 1ère année, et 450 heures la 2ème année du cursus).

Il s'agit d'une formation mixte :

  • intégrant plusieurs techniques (assurances, comptabilité, audit, contrôle interne, qualité, finance),
  • incluant plusieurs journées de regroupement, ainsi qu'une visite de risque.

Programme de la 4ème année

 

Numéro du module Intitulé du module

Le Risk Management : de la gestion des risques à celle des assurances (24 h)

1. La fonction de Risk Manager

  • A. Connaître les risques (internes et externes) et les activités de l'entreprise
  • B. Savoir évaluer les risques et les activités de l'entreprise envers ceux-ci
  • C. Garder les risques sous contrôle et limiter leur impact pour l'entreprise
  • D. Imaginer les sorites de crise
  • E. Imaginer les scenarii de continuation des activités après la sortie d'une crise

2. Le Risk Management au quotidien 
  • A. Notion d'entreprise et notion de groupe (gestion unique ou de plusieurs entités)
  • B. Approche mathématique des risques (SMP, SRE, rétention, outils financiers hors assurances,…)
  • C. Approche thématique des risques (image de groupe, gestion de la communication, création de scenarii,…)

3. Les différents outils à la disposition des entreprises pour le transfert ou la rétention des risques

  • A. L'assurance et la réassurance
  • B. Les nouveaux instruments financiers (captive, finite,…)
  • C. La rétention et les stops annuels

L'Assurance des risques de l'entreprise (1ère partie) (32 h)

  • A. Les risques de responsabilité civile
  • B. Les risques de dommages aux biens
  • C. Les risques financiers (sur l'exploitation ou sur les personnes)
  • D. Les risques automobiles
Cas pratiques

Les Assurances collectives (1ère partie) (24 h)

  • A. La Prévoyance
  • B. La Santé
Cas pratiques

Le rôle du Courtier d'Assurance ou de l'Agent Général d'Assurances dans le Management des Risques et des Assurances de l'Entreprise (14 h)

1. Vu à travers la règlementation et la jurisprudence
  • Le mandat : source majeure de leur responsabilité et de leur rôle – leur responsabilité liée à l'obligation du conseil

  • 2. Vu à travers les prestations susceptibles d'être fournies
  • Analyse approfondie des risques- Placement des risques- Autour des contrats –Contrôle des risques – Autour des sinistres – les différentes modalités de rémunération de ces prestations

  • 3. Vu à travers leur sens de l'innovation, leur expertise et leur efficacité dans la gestion globale des risques dans les entreprises
    La place spécifique du grand courtage – la mise en œuvre de programmes internationaux – le transfert ou la rétention des risques des grandes entreprises.

    Comprendre les mécanismes comptables, la structure des états financiers et comment analyses ces derniers (35 h)

    1. Paysage juridique des entreprises en France

    • A. La structure juridique (indépendants, SARL, SAS, SAS, SCI …)
    • B. Les immatriculations (chambre des métiers, registre du commerce…)
    • C. La taxation des bénéfices

    2. Les obligations comptables

    • A. Les documents financiers obligatoires
    • B. La nécessité de tenue d'une comptabilité
    • C. La fréquence d'établissement et de publication des comptes

    3. Les principes comptables des comptes sociaux

    • A. La partie double
    • B. Les journaux/ balances / grands livres
    • C. Les plans comptables
    • D. Les principes comptables du PCG

    4. Les états financiers

    • A. Bilan et compte de résultat
    • B. Ratios d'équilibre du bilan
    • C. Soldes intermédiaires de gestion
    • D. Analyse financière par les ratios

    5. Les impôts et taxes en France

    • A. La TVA
    • B. La Taxe professionnelle
    • C. La détermination du résultat fiscal

    6. Les opérations dans les groupes

    • A. Les obligations juridiques et comptables
      • Les comptes consolidés
      • L'intégration fiscale
      • Les retraitements inter groupe
      • Les conventions règlementées

    • B. Les obligations sociales 2 heures
      • Les DP
      • Comité d'entreprise
      • Comité de groupe
      • Les avantages salariaux

    Les états financiers des sociétés d'assurances (63 h)

    1. Les spécificités des Compagnies d'Assurances et le contexte réglementaire et comptable : Introduction

    • A. Les spécificités économiques de l'assurance et leurs conséquences comptables ;
    • B. Présentation de la réglementation prudentielle ;
      • Architecture du contrôle prudentiel ;
      • Les comptes sociaux et le dossier ministériel des compagnies d'assurances
      • Le rapport de solvabilité, le rapport annuel, les arrêtés trimestriels, les états ministériels
      • Le cadre réglementaire Solvabilité I et le projet Solvabilité II
    • C. Les différents acteurs de l'assurance et la traduction comptable de leurs liens.

    2. Les comptes sociaux d'une compagnie d'assurances : le compte de résultat

    • A. Le compte de résultat social ;
    • B. Frais de gestion ;
    • C. Produits financiers ;
    • D. Ratios.

    3. Le bilan social d'une compagnie d'assurances : Les passifs

    • A. Provisions d'assurance-vie : règles de fonctionnement et illustration ;
    • B. Provisions d'assurance dommages : règles de fonctionnement et illustration ;
    • C. Importance relative de ces multiples relations dans les comptes.

    4. Le bilan social d'une compagnie d'assurances : Les actifs

    • A. Composition et ampleur des actifs selon les métiers ;
    • B. Normes de comptabilisation en comptes sociaux ;
    • C. L'état des placements.

    5. Les comptes consolidés dans le référentiel IFRS

    • A. Contexte et calendrier de la normalisation comptable européenne ;
    • B. Spécificités des comptes de groupe (impôts différés, goodwill) ;
    • C. Règlement CRC 2000-05 ;
    • D. Normes. IFRS, phase 1 (périmètre, IAS 39, IFRS 4) ;
    • E. Normes IFRS Phase 2 (juste valeur des provisions techniques).

    6. Les nouvelles mesures des passifs et des actifs dans les projets de référentiels comptables et règlementaires

    • A. Mesure des passifs et des actifs dans le projet de nouvelles normes « Contrats d'Assurances » (Normes IFRS, phase 2) ;
    • B. Convergences et divergences avec le projet Solvabilité II.

    7. Modélisation et valorisation de l'activité d'assurance

    • A. Modèle de projection de l'activité ;
    • B. Techniques de valorisation des engagements et de la valeur des fonds propres ;
    • C. Techniques d'évaluation des risques et de quantification du besoin en capital ;
    • D. Impacts organisationnels ;
    • E. Impacts sur les systèmes d'information.

    8. Evolution de la gestion Actif / Passif vers l'Enterprise Risk Management (ERM)

    • A. Vision globale de l'équilibre des risques dans le bilan de la compagnie ;
    • B. Optimisation et gestion de capital : le capital économique ;
    • C. Mise en place d'un processus ERM efficace Processus ERM ;
    • D. Impact sur la gouvernance et l'organisation.

    La démarche générale d'audit et les principales techniques (42 h)

    1. L'environnement Audit au sein de 'organisation

    • A. Positionnement de l'audit (définition, rôle et conditions d'exercice)
    • B. Charte de l'Audit et indépendance d'action
    • C. Clients internes / externes de l'Audit interne
    • D. Différents acteurs de l'évaluation (Qualité, Risk manager, Contrôle interne,…)
    • E. Normes professionnelles de l'audit (finalité, rôle et évolution)

    2. Comprendre la démarche d'Audit

    • A. Cartographie des processus clés et identification des risques majeurs
    • B. Composants d'une mission d'audit (référentiel, dysfonctionnements, écarts, causes)
    • C. Démarche méthodologique et procédures d'audit
    • D. Audit de conformité, missions comptables et financières, opérationnelles, audit d'efficacité

    3. Typologie des missions

    • A. Différentes étapes d'une mission d'audit
    • B. Identification des objectifs d'évaluation
    • C. Analyse critique des tâches et stratégie des contrôles
    • D. Approche participative auditeur/audité et communication

    4. Techniques d'audit

    • A. Vision transverse par processus
    • B. Questionnaires et guide de contrôle
    • C. Programme de travail sur le terrain
    • D. Limites de l'approche par les contrôles

    5. Les outils de l'auditeur (1/2)

    • A. Référentiel de contrôle interne
    • B. Représentation graphique des activités (diagramme de circulation – Flowchart)
    • C. Tableaux croisés dynamiques (analyse des données, outil ACL)
    • D. Diagramme des causes /conséquences / impacts (PERT – GANTT)
    • E. Matrice des contrôles et traçabilité des données et traitements

    6. Boîte à outils de l'auditeur (2/2)

    • A. Statistiques et échantillonnages (tirage aléatoire et raisonné, loi normale)
    • B. Fiche de révélation et d'analyse des problématiques (FRAP)
    • C. Matérialité et qualité de la preuve d'audit
    • D. Proposition de recommandations à valeur à valeur ajoutée
    • E. Restitution de la synthèse de l'audit (rédaction du rapport)
    • F. Reconstitution séquentielle d'un dossier d'audit (contenu et traçabilité des travaux)
    • G. Plan de suivi des recommandations et des actions correctives

    Contrôle interne et qualité (24 h)

    1. Introduction

    • A. Les parties intéressées de l'entreprise
    • B. Le contexte règlementaire [Décret, contrôle interne, Solvency II (pilier II), 8ème directive européenne]
    • C. Le rapport de contrôle interne

    2. Les référentiels de contrôle interne

    • A. AMF
    • B. COSO

    3. Les référentiels qualité

    • A. ISO 9001
    • B. EFQM
    • C. Qualité de service

    4. Pourquoi un dispositif intégré de Contrôle interne et de Qualité

    • A. Similitudes et synergie des référentiels Contrôle interne et Qualité
    • B. Les fonctions proches (conformité, sécurité, audit interne,.)
    • C. Notion d'urbanisation du contrôle interne
    • D. Articulation avec les piliers I et III de Solvency II
    • E. Quelle démarche globale pour bâtir un dispositif intégré de Contrôle interne et de Qualité ?
    • F. Le cadrage de la démarche : facteurs clés de succès, diagnostic et écoute

    5. Construction technique du dispositif Contrôle interne et Qualité

    • A. Cartographie et modélisation des processus
    • B. Analyse des risques (univers du risque, approches descendante et ascendante)
    • C. Activités de maîtrise des risques
    • D. Pilotage et arbitrage
    • E. Surveillance des risques
    • F. L'organisation du dispositif
    • G. Notion de système de management
    • H. Les rôles et missions des acteurs (Contrôle interne, Qualité, audit interne, direction générale, Management)
    • I. Les structures pérennes (Comité d'audit, comité des risques, revue de direction, revue de processus,…)

    Aligner l'appétence aux risques avec la stratégie et les objectifs de l'entreprise (7h)

    1. La chaîne de valeurs d'une entreprise / organisation
    2. Le management par objectifs (fondements)
    3. Définir une stratégie globale de management des risques
    4. Charte de maîtrise des risques
    5. Risques et opportunités.

    L'approche globale des risques – Prise en compte des facteurs internes et externes (14 h)

    1. Intérêt économique et sociétal de l'approche globale des risques
    2. Le risque global de l'entreprise
    3. Risk intelligence : la nécessaire veille
    4. La fonction Risk Manager / son articulation avec l'Audit et les autres fonctions de l'entreprise
    5. Réussir l'implantation de la fonction Risk Manager

    Cartographie des risques (21 h)

    1. L'intérêt et les limites de la cartographie des risques
    2. Méthodologies de l'identification
    3. Evaluation (risques bruts, risques nets, risques cibles)
    4. La prise en compte de dispositifs de maîtrise des risques
    5. Focus sur les grandes familles de risques

  • Risques stratégiques majeurs
  • Risques découlant de défauts de gouvernance
  • Risques opérationnels : risques humains/facteur humain
  • Focus sur le phénomène de fraude
  • Risques environnementaux
  • Risques des fusions & acquisition
  • Risques sociaux
  • Risques liés à la santé au travail
  • Risques informatiques
  • Risques financiers
  • Risques industriels
  • Risques émergents
  • Risques systémiques

  • Le traitement des risques (7 h)

    1. De la gestion des incidents à la gestion des crises
    2. Le concept de crise
    3. Les démarches de prévention et de protection
    4. Focus su la continuité d'activité – construire un PCA

    Maîtrise et pilotage des risques (7 h)

    1. Système global de management des risques
    2. Pilotage des risques
    3. Les outils : système d'information de gestion des risques
    4. Les approches quantitatives des risques : introduction à la modélisation

    Anglais (56 h)

    Le niveau d'anglais que certifie le TOEIC est quantifié par des points qui vont de 10 à 990. Pour être diplômé du European MBA « Audit et Management des Risques et des Assurances de l'Entreprise », il faut avoir obtenu un minimum de 800 points au TOEIC. Le MBA dispose avec le TOEIC, d'une certification de langue anglaise reconnue dans le monde entier.

    Programme de la 2ème année

    En sus de ce programme de 2ème année les étudiants de Manager des Risques et des Entreprises ont la possibilité d'opter pour la Certification « Chef de Projet Digital Marketing ».

    Afin de répondre à la loi de modernisation sociale et au décret n° 2002.615 du 26 avril 2002, nous avons retenu les activités principales couvertes par les métiers auxquels prépare le “Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise”. Chacune de ces activités reprend une maîtrise des compétences correspondant à l'ensemble des savoir-faire et des connaissances mobilisées pour réaliser l'activité.

    Les candidats intéressés par la V.A.E doivent formuler une demande de dossier de candidature auprès du Responsable des Admissions (ou par mail à l'adresse suivante : contact@esassurances.com).

    Ils doivent avoir au minimum une année d'expérience professionnelle dans les domaines de l'audit, du risque et de l'assurance. Le Jury examinant les demandes de V.A.E se réunit deux fois dans l'année, en juillet et en septembre.

     

    PROCEDURE DE MISE EN OEUVRE

    Etape 1

    Accueil, information, orientation, conseil et dépôt du dossier de recevabilité (Livret 1) de demande de Validation des Acquis de l'Expérience (VAE) auprès du Responsable des Admissions. Le dossier est examiné dans les deux semaines suivant sa réception par un Jury composé par le président de l'ESA et des membres du corps enseignant de l'ESA qui prononcent la validité de la demande de VAE, ou non.

    Etape 2

    Élaboration du dossier d'expérience
    (Livret 2) avec accompagnement par un collaborateur de l'ESA.

    Cette assistance fait l'objet de plusieurs rencontres, de façon à aider le candidat à organiser, structurer et rédiger les éléments qui permettront au Jury d'examiner son dossier.

    Etape 3

    Dépôt du dossier de validation

    Etape 4

    Soutenance du dossier devant le Jury et délibération du Jury

     

    VALIDATION TOTALE : ATTRIBUTION DU TITRE

    Le candidat possède les compétences validées par le Jury, il obtient la délivrance du Titre Manager des Risques et des Assurances de l'Entreprise

     

    DESCRIPTIF DE LA MISE EN RELATION DU RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITES PRINCIPALES ET DES COMPETENCES ATTESTEES

    ACTIVITES MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE MODULE DE COMPETENCE (INDICATIONS DE MAITRISE DE COMPETENCES)

    1

    Conseil et Assistance

    • Dialogue et débat avec les intermédiaires d'assurance pour établir si un risque est couvert par un contrat.
    • Analyser un contrat d'assurances
    • Analyse d'une situation
    • Conduire un entretien en pratiquant une écoute active
    • Questionner et reformuler

    2

    Coordination avec les services de la société d’assurances et circulation de l’information

    • Présentation d'un dossier sinistre incendie qui révèle une mauvaise appréciation du risque et, par suite, une insuffisance, risque industriel vérifié par un inspecteur de la société d'assurances.
    • Déterminer les clauses essentielles du contrat et le processus de mise en oeuvre
    • Déterminer la procédure applicable face à une anomalie
    • Faire appel aux compétences disponibles
    • Rendre compte

    3

    Assurer la relation client

    • Analyser un dossier et une situation
    • Appliquer la procédure de suivi
    • Prendre en compte, modifier, exploiter les éléments de développement
    • Pratiquer l'écoute active
    • Questionner et reformuler
    • Décider en tenant compte de la délégation donnée

    4

    Développement d’un portefeuille d’assurances

    • À partir d'un dossier donnant les informations nécessaires, établir le plan de développement d'une Agence Générale qui vient d'être dotée d'un nouveau responsable.
    • Analyse de la situation
    • Avoir une démarche de diagnostic
    • Élaborer une synthèse (le plan de développement)
    • Établir un plan de prospection et un plan de visite
    • Mettre en place des indicateurs de suivi
    • Concevoir des outils d'aide à la prospection
    • Choix des cibles

    NATURE DES ELEMENTS A FOURNIR

    LE DOSSIER COMPREND :

    • Une fiche signalétique du demandeur ;
    • Acquis scolaires et/ou universitaires (détail des années d'études effectuées éventuellement des diplômes obtenus) ;
    • Acquis de formation (formations suivies, stages, séminaires donnant le programme détaillé des formations suivies) ;
    • Expérience professionnelle
      • Descriptif des emplois occupés
        • Fonction exercée,
        • Nom et adresse de l'entreprise,
        • Date de début et de fin de chaque période d'activité.
      • Descriptif des activités réalisées
        • Tâches,
        • Relations hiérarchiques, niveau de responsabilité,
        • Connaissances mobilisées dans ces activités,
        • Résultats obtenus : Acquis personnels (activités, associations...).

    PIECES A JOINDRE AU DOSSIER

    • Une lettre de motivation précisant le projet professionnel du candidat ;
    • Certificats de travail ou attestation des employeurs (justificatifs de la dernière année d'activité professionnelle) ;
    • Photocopie des diplômes d'attestations de stage ou de formation obtenus ;
    • Photocopie d'une pièce d'identité.


    * Conformément à la loi de modernisation sociale et au décret n° 2202.615 du 26 avril 2002, relatif à la Validation des Acquis de l'Expérience pour la délivrance d'une certification professionnelle.