La vie de l'ESA

Les formations de l’ESA primées dans le Guide du classement SMBG 2014

Les formations de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) ont été primées dans le Guide du Classement SMBG 2014 (11ème édition).

Ont ainsi été récompensées les formations suivantes :

  • Manager de l’Assurance – European Master « Insurance Manager » (2ème dans la catégorie « Management et Droit de l’Assurance » du classement SMBG 2014)
  • MBA « Ingénierie & Gestion de Patrimoine » (16ème dans la catégorie « Gestion de Patrimoine » du classement SMBG 2014)
  • Manager des Risques et des Assurances de l’Entreprise – European Master « Risk Management and Insurance » (3ème dans la catégorie « Gestion des Risques » du classement SMBG 2014)

Palmarès des formations dans les catégories où ont été primées les formations de l’ESA

Palmarès de la catégorie « Management et Droit de l’Assurance »

Téléchargé (PDF, 116.82KB)

Palmarès de la catégorie « Gestion de Patrimoine »

Téléchargé (PDF, 184.34KB)

Palmarès de la catégorie « Gestion des Risques »

Téléchargé (PDF, 125.03KB)

Qu’est-ce que le classement SMBG ?

Le Classement SMBG des Meilleurs Masters, MS et MBA se définit comme le seul classement qui évalue des formations, et non pas des établissements, grâce à une approche par secteur et selon des critères de marché uniquement. Il est élaboré par l’agence Eduniversal.

Le Classement SMBG, réalisé en suivant une méthodologie bien précise, représente aujourd’hui un outil permettant d’affiner le choix de sa formation.

Méthodologie adoptée pour élaborer le classement

Le Classement SMBG repose sur 3 critères principaux :

  • La notoriété de la formation ;
  • Le salaire de sortie ;
  • Le retour de satisfaction des étudiants.

Le Classement SMBG n’est pas uniquement élaboré sur les réponses obtenues par les écoles et les universités sollicitées. Il est réalisé sur « l’existant ». Ainsi, une formation qui n’aurait pas répondu à l’enquête peut malgré tout être classée par l’agence Eduniversal. En effet, sa notoriété est évaluée par les entreprises ; les salaires et débouchés font alors l’objet d’une enquête réalisée par les consultants de l’agence Eduniversal. S’il n’y a pas la possibilité d’interroger les étudiants, une note moyenne sur ce critère est attribuée au programme. L’objectif du classement SMBG étant d’apporter aux étudiants une information complète et en adéquation avec l’offre réelle, cette manière de procéder est essentielle, car garante de l’objectivité du classement.

La notoriété de la formation

Extrait de la rubrique « Méthodologie » du site http://www.meilleurs-masters.com :

« Le critère de notoriété dépend de deux éléments principaux :

  • la marque délivrée par l’établissement qui gère la formation ;
  • le rayonnement et la reconnaissance de celle-ci dans son secteur d’activité ou dans son environnement professionnel.

Ainsi, certaines formations sont des « vedettes » dans leur domaine alors que l’université ou l’école qui les abrite jouit d’une notoriété plus confidentielle.

Dans l’autre sens, les très grandes écoles et les universités les plus prestigieuses bénéficient d’une visibilité très grande grâce à la réputation qu’elles ont su forger depuis longtemps. Cela peut avoir tendance à avantager, même parfois de façon injustifiée, des formations moins performantes.

Le critère de notoriété s’apprécie en fonction de deux éléments :

  • Le nombre de demandes d’admission émanant des étudiants et l’intensité de celles-ci (degré de motivation). Afin de mesurer ceci, SMBG s’appuie sur l’expertise de ses consultants en orientation et sur l’expérience des étudiants qu’ils reçoivent.
  • Le niveau de reconnaissance à la sortie de la part des DRH et ce, relativement aux autres formations du même type.

Afin de mesurer cela, SMBG envoie chaque année une enquête à environ 1 000 professionnels des ressources humaines. La question qui leur est posée est la suivante : Dans chacune des spécialités suivantes (Banque-Finance, Marketing, Droit des Affaires, etc.) quelles sont les 3 formations (universitaires ou d’écoles) de niveau Bac +5 / Bac +6 que vous plébiscitez ? »

Le salaire de sortie

Extrait de la rubrique « Méthodologie » du site http://www.meilleurs-masters.com :

« Le salaire de sortie est évalué grâce aux informations obtenues auprès des écoles et des universités. Un questionnaire a été envoyé dans ce sens à plus de 3 000 responsables de masters et responsables communication.

Ce critère est apprécié dans l’esprit et non pris stricto sensu car beaucoup d’écoles recrutent des candidats avec expérience alors que d’autres n’accueillent qu’un public composé d’étudiants en formation initiale. Par ailleurs, certaines écoles ne recrutent que des ingénieurs dont les salaires sont de facto déjà sensiblement supérieurs à la moyenne avant d’entrer en master.

Si nous observons depuis plusieurs années un recul des données « fantaisistes » sur les statistiques salariales, nous avons remarqué que quelques établissements étaient revenus sur leur mauvaises habitudes, de gonfler, parfois outrageusement, les salaires de sortie. Certains programmes indiquaient parfois des salaires de sortie particulièrement en décalage avec ce qui avait été communiqué par les autres formations. Les consultants SMBG ont, après vérification des salaires de sortie du secteur, rectifié les salaires annoncés pour plus de cohérence.

Nous envisageons par ailleurs, lors des enquêtes à venir, d’opérer un contrôle des données salariales fournies par les écoles et universités en interrogeant les étudiants de la promotion N-1.

Les universités de région (et plus particulièrement les IAE) poursuivent leurs efforts et sont, chaque année, plus nombreuses à répondre. Ainsi, la quasi-totalité des formations universitaires présentes dans le Classement 2014 ont répondu au questionnaire. »

Le retour de satisfaction des étudiants

Extrait de la rubrique « Méthodologie » du site http://www.meilleurs-masters.com :

« Ce critère constitue une grande partie de la valeur ajoutée du Classement SMBG.

En effet, le critère « notoriété » permet d’être dans le classement et le critère « salaire de sortie » offre la possibilité d’y être mieux classé. Le critère « retour de satisfaction » apparaît donc comme un facteur pondérateur important.

Il s’agit d’un critère « qualité de la formation » : c’est la satisfaction de l’étudiant qui est essentielle. Une formation doit en effet être avant tout utile en elle-même et faire avancer les participants du programme dans leurs projets et dans la réalisation de leurs objectifs.

Les formations se sont inscrites dans une logique de transparence et ont, pour la plupart (88 %), fourni sous le sceau de la confidentialité, la liste de leurs promotions accompagnée des coordonnées de chaque étudiant.

Tous les étudiants composant la promotion sortante sont interrogés. La note est calculée à partir du moment où 20 % d’entre eux, au moins, répondent à l’enquête. Un minimum de 5 personnes est requis pour les promotions de moins de 25 étudiants.

L’audit de retour de satisfaction se fait par e-mail grâce à un serveur mis en ligne à cet effet.

A NOTER :

  • Dans le cas où aucune liste d’étudiants n’est fournie, une note de 2,5/5 est automatiquement attribuée à la formation.
  • Dans le cas où le quota de 20 % des étudiants n’est pas atteint, une note de 3,5/5 est automatiquement attribuée à la formation.

Le questionnaire comporte 11 questions.

La première question compte pour 25 % de la note de satisfaction globale. Cette question renvoie à l’appréciation générale que le participant peut faire du programme qu’il a suivi.

La deuxième question compte aussi pour 25 % de la note. Elle renvoie au choix de l’étudiant : referait-il le même aujourd’hui ?

Les 9 autres questions sont pondérées pour obtenir une note moyenne comptant pour 50 %. Ces questions font référence notamment à la qualité du contenu pédagogique, au corps professoral et aux intervenants, ou bien encore à l’ouverture professionnelle et internationale de la formation et à sa capacité à placer les diplômés (stages et emplois).

Ces questions complémentaires ont pour vocation d’entrer dans le détail du contenu des programmes et de confirmer ainsi l’opinion globale émise lors de la première réponse ou bien de tempérer un jugement.

La note finale obtenue est sur 5 points.

Le questionnaire (11 questions fermées sont posées aux étudiants.) :

  1. Êtes-vous globalement satisfait de votre formation ?
  2. Referiez-vous le même choix de formation aujourd’hui ?
  3. Êtes-vous satisfait du contenu de son programme académique ?
  4. Êtes-vous satisfait du corps professoral ?
  5. Êtes-vous satisfait des intervenants professionnels extérieurs ?
  6. Êtes-vous satisfait des moyens mis à votre disposition afin d’obtenir un stage ou un emploi ?
  7. Êtes-vous satisfait des contacts « réseau » que vous avez pu obtenir grâce à votre formation ?
  8. Êtes-vous satisfait du volume horaire des cours, de leur répartition dans l’année et de la densité du travail personnel demandé ?
  9. Êtes-vous satisfait de l’accompagnement dans le cadre d’un éventuel départ à l’étranger ?
  10. Êtes-vous satisfait des moyens pédagogiques mis à votre disposition (ordinateurs, accès Internet, bibliothèque) ?
  11. Êtes-vous satisfait de la manière dont votre responsable de programme gère la formation et de la manière dont il développe la notoriété du programme ?

Afin d’y répondre, ces derniers disposent de 6 niveaux de réponse (notés sur 5) :

  1. Très satisfait (5 points)
  2. Satisfait (4 points)
  3. Moyennement satisfait (3 points)
  4. Insatisfait (2 points)
  5. Pas du tout satisfait (1 point)
  6. Ne sait pas (0 point)

Pour terminer l’audit, deux questions ouvertes sont posées aux étudiants :

  1. Quel est, selon vous, le principal atout de ce programme ?
  2. Quelle est, selon vous, la principale faiblesse de ce programme ?

A NOTER :

  • Bien que les questions soient des questions fermées, l’étudiant a la possibilité, après chacune d’elles, d’ajouter les remarques qu’il estime pertinentes.

Les commentaires de cet article sont fermés.