La vie de l'ESA

Mémoire – L’harmonisation des successions transfrontalières dans l’Union Européenne – Ophélie Rouet (MBA Ingénierie et Gestion de Patrimoine – Promotion 2013-2014)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2014 par Ophélie ROUET (étudiante du cursus « MBA Ingénierie et Gestion de Patrimoine », promotion 2013-2014), et intitulé : « L’harmonisation des successions transfrontalières dans l’Union Européenne ».

Si vous souhaitez contacter Ophélie Rouet, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Journée « Portes Ouvertes » à l’ESA le samedi 28 mars 2015

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) vous ouvre ses portes le samedi 28 mars 2015, de 10h à 16h.

La « Journée Portes Ouvertes » de l’ESA aura lieu dans nos locaux, à l’adresse suivante: Ecole Supérieure d’Assurances /13, rue Fernand Léger / 75020 PARIS / Métro : Père Lachaise (Ligne 2 ou 3 du métro).

Cette journée sera l’occasion de découvrir nos formations diplômantes et professionnelles jusqu’à Bac + 5, d’échanger avec les étudiants, les enseignants et les collaborateurs de l’ESA et de visiter nos locaux.

Le risque urbain au XXIème siècle

Comme tout changement d’époque majeur, l’entrée dans l’ère de la Troisième Révolution Industrielle est un saut dans l’inconnu. Si cette mutation de paradigme, favorisée par une triple évolution dans les secteurs que sont la communication (Internet), l’énergie (avec le développement de plus en plus important des énergies renouvelables) et la logistique (certains économistes, comme Jeremy Rifkin, conseillent actuellement les grandes organisations intergouvernementales pour qu’elles entraînent les Etats dans la voie de la construction d’un Internet de la logistique, rendu possible par le développement du Big Data), peut être envisagée comme une formidable source d’opportunités, elle n’est en même temps pas sans soumettre l’ensemble des civilisations du globe à un ensemble de défis.

Le premier qu’il faudra relever sera d’atténuer les disparités qui peuvent encore exister, en termes de développement économique et social, entre les pays installés dans une phase mature de développement, et les pays émergents ou nouvellement entrés dans une ère de relative prospérité matérielle.

Le deuxième risque qui menace l’humanité est celui de l’urbanisation, ou plutôt, pour reprendre les termes de l’auteur de l’article, celui de la « bidonvillisation » du monde. En effet, avec une population mondiale dont plus de la moitié est urbanisée aujourd’hui, et qui le sera, dans les années …, pour les trois quarts, le problème de l’expansion non maîtrisée des grandes agglomérations peut être une source de risque absolument majeur. C’est pour cette raison que l’on peut avancer que le risque urbain est susceptible d’être le risque majeur du XXIème siècle.

Comment peut-on définir le risque urbain ? En quoi le risque urbain peut-il être à l’origine de problèmes sanitaires majeurs au XXIème siècle ? C’est à ces deux questions que répond cet article de Benoît Georges, paru dans le numéro du 20 janvier 2015 des Echos.

Le côté obscur de la « fin du travail »

La transition vers l’économie numérique suscite actuellement l’enthousiasme d’un grand nombre d’acteurs politiques, mais aussi et surtout économiques. Les bienfaits de l’entrée dans l’ère de la Troisième Révolution Industrielle (rendue possible par le développement du réseau internet, puis par le développement de modèles mathématiques et informatiques en mesure de récolter, traiter et analyser les fameux « Big Data ») sont actuellement vantés par de grands penseurs, dont Jeremy Rifkin est sans doute l’un des plus brillants* : entrée dans une ère de l’abondance durable, développement de l’économie collaborative, démocratisation du savoir universitaire, accès gratuit ou quasi-gratuit à la plus grande partie des biens et services… telles sont les promesses dont est porteur le processus de transformation qui doit nous conduire vers la nouvelle société que nous décrit Jeremy Rifkin dans son dernier ouvrage, « La nouvelle société du coût marginal zéro ».

Jeremy Rifkin prédit également que le développement de la société issue de cette troisième phase de la Révolution Industrielle (caractérisée par la généralisation de l’automatisation et de la robotisation à grande échelle, rendue possible grâce aux progrès de l’Intelligence Artificielle) a de forte chance d’engendrer un phénomène qui, jusque-là, relevait plutôt de l’utopie : l’abolition du travail (« La fin du travail » est d’ailleurs le titre de l’un des ouvrages publiés par Rifkin).

Si « la fin du travail » peut, d’un certain côté, être envisagée comme une perspective heureuse pour l’humanité (car cette hypothèse laisse entrevoir la possibilité d’un accès gratuit et durable pour chaque être humain aux ressources nécessaires à la survie), elle n’est cependant pas sans poser un certain nombre d’interrogations… Cet article de Nouriel Roubini (Président de Roubini Global Economics et professeur d’économie à la Stern School of Business de l’université de New York), publié dans les Echos du 14 janvier 2015, laisse entrevoir et analyse le côté obscur de la « fin du travail »…

Mémoire – La généralisation de la complémentaire santé en entreprise– Marine Roussel (European Bachelor Assurances – Promotion 2013-2014)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2014 par Marine ROUSSEL (étudiant du cursus « European Bachelor Assurances », promotion 2013-2014), et intitulé : « La généralisation de la complémentaire santé en entreprise ».

Si vous souhaitez contacter Marine Roussel, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Mémoire – Le risque politique à l’international pour une entreprise – Silia OUDDAK (European Bachelor Assurances – Promotion 2013-2014)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2014 par Silia OUDDAK (étudiant du cursus « European Bachelor Assurances », promotion 2013-2014), et intitulé : « Le risque politique à l’international pour une entreprise ».

Si vous souhaitez contacter Silia Ouddak, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Mémoire – Les vides juridiques, techniques et le manque de visibilité liés au risque environnemental retardent-ils la prise de conscience des entreprises et acteurs de l’assurance, aux bénéfices de la garantie Responsabilité Civile Atteinte à l’Environnement ? – Cédric LEMAIRE (European Bachelor Assurances – Promotion 2013-2014)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2014 par Cédric LEMAIRE (étudiant du cursus « European Bachelor Assurances », promotion 2013-2014), et intitulé : « Les vides juridiques, techniques et le manque de visibilité liés au risque environnemental retardent-ils la prise de conscience des entreprises et acteurs de l’assurance, aux bénéfices de la garantie Responsabilité Civile Atteinte à l’Environnement ? ».

Si vous souhaitez contacter Cédric Lemaire, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

L’Ecole Supérieure d’Assurances va former les assureurs marocains

L’Ecole supérieure d’assurances (ESA) vient de signer avec la Fédération marocaines des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR) ainsi que l’EESCA, école de management basée à Casablanca, une convention de partenariat afin de déployer la première formation au management de l’assurance de niveau bac+5. [Article paru sur le site de l'Argus de l'Assurance le 13 janvier 2015]

Journée « Portes Ouvertes » à l’ESA le samedi 7 février 2015

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) vous ouvre ses portes le samedi 7 février 2015, de 10h à 16h.

La « Journée Portes Ouvertes » de l’ESA aura lieu dans nos locaux, à l’adresse suivante: Ecole Supérieure d’Assurances /13, rue Fernand Léger / 75020 PARIS / Métro : Père Lachaise (Ligne 2 ou 3 du métro).

Cette journée sera l’occasion de découvrir nos formations diplômantes et professionnelles jusqu’à Bac + 5, d’échanger avec les étudiants, les enseignants et les collaborateurs de l’ESA et de visiter nos locaux.

Chaîne You Tube de l’ESA

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) possède sa chaîne sur You Tube :

Abonnez-vous à la chaîne You Tube de l’ESA

La chaîne You Tube de l’ESA a pour vocation de maintenir le lien avec sa communauté à travers la publication de vidéos remémorant les événements marquants associés à la vie de l’école.

Mémoire – La loi Spinetta rivalité entre passé et futur – Charline LAURENT (MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise – Promotion 2011-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Charline LAURENT (étudiante du cursus « MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise », promotion 2011-2012), et intitulé : « La loi Spinetta, rivalité entre passé et futur ».

Si vous souhaitez contacter Charline Laurent, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Les impacts négatifs des inégalités aux Etats-Unis

La biologie nous enseigne que la santé d’un corps vivant est indissociable de la santé de chacun des organes qui le compose : car, dans un organisme vivant sain, la partie existe pour le tout, et le tout, pour la partie. Partant de ce principe, des organes sains sont, d’une part, essentiels pour maintenir la bonne santé du corps, tandis que, d’autre part, et par un effet « boomerang », le bon état du corps (envisagé comme système) permet d’assurer l’équilibre et le bon fonctionnement de chaque organe.

Cela étant dit, comment peut-on dès lors comprendre, de façon globale, le mode de fonctionnement d’une société ? Tout simplement par analogie avec le fonctionnement d’un corps biologique. Ne parle-t-on pas en effet, dans le langage courant, de « corps social » ?

Dans le « corps social », tout comme dans le « corps biologique » :
- il est possible d’identifier de grandes fonctions vitales (rassemblées au sein de « castes » dans la société indienne traditionnelle) nécessaires à la vie de l’organisme social,
- chaque citoyen doit idéalement assumer une fonction et des tâches bien définies (par le biais de l’exercice d’un emploi) pour contribuer à la bonne santé du corps social,
- l’équilibre ou la bonne santé de l’ensemble (= la société) repose sur les échanges entre les parties (= les membres de la société, c’est-à-dire les citoyens) ; les flux économiques ont, dans une société, exactement le même rôle que le flux sanguin dans le corps humain, car ce sont eux qui apportent la vie et l’activité au pays,
- si les flux économiques se trouvent bloqués à un certain « endroit » du circuit des échanges (ce blocage amenant obligatoirement certains membres du corps social à se trouver en excès, et d’autres, en défaut de capitaux), alors un déséquilibre se produit au sein du système ; si ce blocage s’aggrave pour devenir un arrêt des échanges, cela peut alors entraîner la mort de l’économie du pays,
- si l’ensemble des citoyens se porte bien, alors le pays est vif, dynamique et en bonne santé ; tandis qu’en retour, la bonne santé du corps social profite à chacun de ses membres, car le premier peut fournir aux seconds des conditions favorables à leur épanouissement…

Les inégalités de revenus, telles qu’elles sont présentées dans cet article, peuvent être interprétées comme un blocage des flux financiers, dont les effets sont aussi néfastes que peuvent l’être ceux dus à une rétention du flux sanguin dans un organisme biologique : en effet, un corps dans lequel la circulation sanguine est ralentie finit indubitablement par tomber malade.

Quelles conséquences vont, selon Martin Wolf, avoir à terme les inégalités constatées et avérées aux Etats-Unis sur l’économie de ce pays ? C’est ce que l’éditorialiste du Financial Times nous propose de découvrir dans cet article, publié, dans sa version française, dans le numéro du 9 octobre 2014 du journal « Le Monde ».

Etude de Soi Accompagnée (ESA)

Etude de Soi Accompagnée (ESA) est une société créée par Isabelle Vignes Petit, et spécialisée dans le Bilan de Compétence. Un Bilan de Compétence a pour objectif de permettre d’élaborer et de valider un projet professionnel réaliste, c’est à dire en cohérence avec les motivations et les savoir-faire de la personne se soumettant à un [...]

Les hackathons prisés par les assureurs

Les assureurs, comme c’est le cas aujourd’hui pour de nombreux autres acteurs du monde de l’économie, doivent en permanence veiller à ce que leur offre soit en adéquation avec l’environnement technologique, qui, comme chacun sait, évolue à l’heure actuelle extrêmement rapidement. Cette opération de veille consiste d’une part à suivre et à tester les nouveautés technologiques qui apparaissent incessamment sur le marché, et, d’autre part, à imaginer et déployer de nouveaux services pour les assurés qui utiliseront ces nouveaux outils, pour la plupart beaucoup liés à la communication.

Dans ce contexte, les acteurs du monde de l’assurance sont confrontés à un double défi : tenter tout d’abord de ne retenir que les objets connectés dont on peut supposer qu’ils retiendront l’intérêt du grand public (ou tout au moins de leur(s) cibles(s)), pour ensuite imaginer des solutions qui pourront améliorer ou bien la qualité de gestion, ou bien la relation client. La question qui se pose alors est la suivante : comment, lorsqu’arrive la phase de réalisation de l’idée, rassembler suffisamment de talents pour pouvoir déployer un projet en un temps qui doit par définition être bref (du fait de la rapidité des évolutions technologiques), et, si possible, à un moindre coût ?

L’une des réponses à cette question réside dans l’organisation de ce que l’on a appelé des « hackathons », et dont le concept provient des Etats-Unis. Comment se déroule un hackathon ? C’est ce que nous fait découvrir l’article présenté ci-dessous, écrit par Sharon Wajsbrot, et publié dans les Echos du 8 octobre 2014…

Les objets connectés dans l’assurance

L’arrivée des objets connectés sur le marché est une conséquence de l’importance croissante que les entreprises, mais aussi les organismes publics accordent au phénomène que l’on appelle le « Big Data ». Les objets connectés sont des objets d’usage courant (allant de la voiture aux lunettes, en passant bientôt par la fourchette ou la brosse à dent…) qui enregistrent et transmettent des données relatives à nos comportements lorsque nous en faisons usage. S’il sera plus que malaisé de savoir avec précision qui pourra avoir accès (et donc traiter) les données ainsi transmises par le bais de ces objets, une chose est certaine : les assureurs s’y intéressent de très près et réfléchissent aux applications qu’ils pourront tirer, d’une part de l’utilisation de ces nouveaux objets, d’autre part des nouveaux services qu’ils pourront apporter à leurs assurés.

Cet article, publié par Véronique Chocron et Laurent Thévenin dans « Les Echos » du 8 octobre 2014, cite deux assureurs (ou plutôt deux bancassureurs) qui ont misé sur l’arrivée prochaine des objets connectés sur le marché pour faire évoluer leur offre auprès de leurs clients. Il décrit par ailleurs des services qu’ils pensent mettre en œuvre auprès de leurs assurés en recourant à ces nouveaux outils… Les objets connectés dans l’assurance sont donc déjà devenus une réalité !

Les défis des assureurs à l’ère du Big Data

Tous les signes convergent pour nous permettre d’affirmer que nous sommes à l’aube de ce que l’économiste Jeremy Rifkin intitule, dans son dernier ouvrage, « la troisième révolution industrielle ». L’entrée dans cette nouvelle ère de l’économie et de la société est strictement liée à l’essor considérable d’internet, ainsi qu’à la capacité qu’ont désormais les institutions et les entreprises de traiter en temps réel d’immenses volumes de données, les fameux « Big Data ».

Les assureurs, comme tous les autres acteurs opérant dans le secteur tertiaire (secteur risquant d’être, à brève échéance, le plus fortement impacté par la révolution du « Big Data »), se penchent aujourd’hui sérieusement sur la question de savoir comment leur métier va être impacté et va évoluer du fait de cette entrée rapide et accélérée dans l’ère du digital et du « Big Data ».

Quels sont les défis qui attendent les assureurs à l’ère du Big Data ? C’est à cette question que répond cet article de Laurent Thévenin, publié le 1er octobre 2014, dans le Journal « Les Echos ».

Mémoire – Comment prendre en compte les risques politiques dans l’appréciation d’un programme d’investissement à l’étranger ? – Alicia SANMARTI (MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise – Promotion 2012-2013)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2013 par Alicia SANMARTI (étudiant du cursus « MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise », promotion 2012-2013), et intitulé : « Comment prendre en compte les risques politiques dans l’appréciation d’un programme d’investissement à l’étranger ? ».

Si vous souhaitez contacter Alicia Sanmarti, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Mémoire – Les conséquences assurancielles, en matière de RC Médicale des professionnels de santé, de la problématique PERRUCHE – Martin GUILBERT (Manager de l’Assurance – Promotion 2011-2013)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2013 par Martin Guilbert (étudiant du cursus « Manager de l’Assurance », promotion 2011-2013), et intitulé : « Les conséquences assurancielles, en matière de RC Médicale des professionnels de santé, de la problématique PERRUCHE ».

Si vous souhaitez contacter Martin Guilbert, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Le point de vue d’Henri de Castries sur la situation économique de la France

L’actualité politique de la rentrée scolaire 2014 est pour le moins mouvementée : crise et scission au sein de la majorité, remaniement ministériel, contexte économique préoccupant… La période que traverse la France en ce moment est incontestablement une période de choix.

Or, c’est incontestablement un choix qu’a fait François Hollande en demandant à Manuel Valls de procéder à un remaniement gouvernemental. En effet le Président de la République a souhaité, à travers cet acte politique, faire passer un message : la France doit s’engager dans la voie « social-démocrate ». Et s’engager sur la voie de la « social-démocratie » signifie, pour l’Etat français, remettre l’entreprise au centre des préoccupations nationales, en développant ce que l’on a appelé ces derniers mois une « politique de l’offre ».

Quel regard les chefs d’entreprise portent-ils sur ce remaniement ? Et surtout quels messages souhaitent-ils faire passer à l’exécutif français pour optimiser les chances de redresser la situation économique de notre pays ?

Henri de Castries, Président Directeur Général d’AXA, dans un entretien accordé au Monde, livre son point de vue sur la situation de crise que traverse actuellement l’exécutif français. Selon lui, les mesures que doit sans attendre prendre le nouveau gouvernement doivent aller dans deux sens : augmenter la compétitivité des entreprises et réduire la dépense publique.

C’est cet entretien d’Henri de Castries, portant sur les deux thèmes que sont « la vie économique » et « l’emploi » en France, entretien paru dans Le Monde « Eco & Entreprise » du 27 août 2014, que nous vous proposons de découvrir ici.

La France face aux marchés financiers

La menace qui pèse aujourd’hui sur l’économie française n’est pas seulement liée au manque de compétitivité de notre pays, elle est également liée au niveau d’endettement de l’Etat français auprès des « non-résidents ».

Dans cet article, François Saint-Cast (professeur d’économie à l’Ecole Supérieure d’Assurances) relève et éclaire un double paradoxe : alors que la note de la France a été dégradée par les principales agences de notation, en ce qui concerne les taux des obligations à 10 ans « aucune réelle sanction en termes de coût n’a été observée ».

D’autre part, l’auteur remarque que les taux auxquels la France emprunte auprès des marchés financiers (la France qui présentait en juin 2014 un ratio dette sur PIB de 93,6 %) sont certes supérieurs à ceux de l’Allemagne (dont le ratio dette sur PIB est de 78,4 %), mais aussi bien supérieurs à ceux auxquels emprunte le Japon (dont le ratio dette sur PIB est pourtant de 245 % !).

L’article de François Saint-Cast fournit également l’occasion à l’auteur, à travers la présentation et l’analyse des données économiques relevées dans l’étude, de mettre en exergue les menaces qui pèsent lourdement sur la France, et plus spécifiquement sur sa dette souveraine.

Cet article est suivi d’une postface dans laquelle est expliqué :

1) comment les Etats empruntent auprès des marchés financiers,

2) ce que sont, dans leurs grandes lignes, les accords dits de « Bâle II ».

La France est-elle (re)devenue compétitive ?

Depuis la période estivale, les médias n’ont eu de cesse de rappeler que la rentrée de septembre 2014 sera compliquée, et pour le gouvernement et pour les français, notamment en raison de la conjoncture économique difficile. Mais ce qui semble aujourd’hui inquiéter le plus les économistes, c’est le manque de compétitivité de notre pays, qui entraîne un recul de la place de la France dans le commerce international.

Dans cet article initialement publié sur le blog des Echos, l’auteur, François Saint-Cast (professeur d’économie à l’Ecole Supérieure d’Assurances), développe une analyse visant tout d’abord à mettre en évidence et à définir les critères permettant d’évaluer la compétitivité d’un pays, puis, sur la base de ces critères, d’évaluer la place de la France par rapport à ses voisins européens, et plus particulièrement par rapport à l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni.

L analyse de François Saint-Cast fait appel à deux notions essentielles, à savoir la « compétitivité coût » et la « compétitivité hors-coût ».

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) soutient Justine Gardahaut au 4L Trophy

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) a sponsorisé en 2014 Justine Gardahaut, dans le cadre de sa participation au 4L Trophy.

Est présentée ici la vidéo retraçant les meilleurs moments du 4L Trophy 2014, auquel a participé Justine Gardahaut.

L’impact du numérique sur les métiers de l’assurance

La dernière présentation du Baromètre prospectif de l’Observatoire de l’Evolution des Métiers de l’Assurance (OEMA) a eu lieu le 16 juin 2014, à la maison de la FFSA, et a eu pour objet d’analyser « l’impact du numérique sur les métiers de l’assurance ».

Dans la première partie, le Baromètre relève les principaux faits ou facteurs observés concernant l’évolution du contexte économique ou social au sein duquel opèrent les grands acteurs du monde de l’assurance. Dans la deuxième partie du rapport, sont décrits les impacts que ces changements contextuels peuvent avoir sur l’organisation des entreprises et sur la pratique des métiers recensés au sein du secteur de l’assurance. Enfin, la troisième partie expose aux collaborateurs rattachés à la fonction « Ressources Humaines » les principales problématiques auxquelles ils vont devoir répondre du fait de ces évolutions, et leur suggère quelques pistes vers lesquelles s’orienter pour relever les défis qui les attendent.

Vous trouverez ci-dessous un résumé du Baromètre prospectif de l’OEMA (synthétisant les grandes idées abordées dans l’étude). Vous pourrez également télécharger sur cette page, après le résumé, l’intégralité du Baromètre Prospectif de l’OEMA.

Baromètre prospectif de l’OEMA

Le Baromètre Prospectif de l’OEMA a pour but à la fois d’analyser l’évolution du contexte économique et réglementaire dans lequel les acteurs du monde l’assurance exercent leur(s) profession(s), et d’évaluer l’impact que cette évolution a sur l’exercice des métiers rattachés aux grandes familles du secteur de l’assurance.

Les conjectures de l’OEMA relativement à l’évolution des métiers de l’assurance se basent sur des analyses scientifiques fines, aussi bien quantitatives que qualitatives, de données et d’informations directement recueillies auprès des entreprises exerçant dans le secteur de l’assurance.

Mémoire – Audit interne : quelle valeur ajoutée pour l’entreprise ? – Madeline CIDRE (MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise – Promotion 2011-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Madeline Cidre (étudiante du cursus « MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise », promotion 2011-2012), et intitulé : « Audit interne : quelle valeur ajoutée pour l’entreprise ? ».

Si vous souhaitez contacter Madeline Cidre, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Résultats de l’ESA à la session 2014 du BTS Assurances

Les étudiants de l’Ecole Supérieure d’Assurances du BTS Assurance en apprentissage ont obtenu un taux de réussite de 91% à la session 2014 du BTS Assurance.

Les étudiants de l’ESA ayant suivi le cursus de préparation à l’examen de BTS Assurance en contrat de professionnalisation ou de façon classique ont obtenu un taux de réussite de 78 %.

Le taux global de réussite à l’examen du BTS Assurance, pour cette session 2014, a donc été, pour l’ESA, de 84,5 %.

Un grand bravo à nos étudiants pour ces résultats !

Retrouvez l’ESA sur Twitter

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) est désormais présente sur Twitter. Voici le lien qui vous permettra de suivre l’ESA sur Twitter : https://twitter.com/ESAParis En rejoignant la communauté de l’ESA sur Twitter, vous pourrez : vous tenir au courant des actualités de l’école, être informé dès qu’un nouveau mémoire sera mis en ligne, consulter les dernières offres [...]

Faire face et se préparer aux grandes mutations des métiers de l’assurance – Henri de Castries

Vous trouverez ici une transcription de l’intervention d’Henri de Castries au Congrès 2014 de la CSCA sur le thème : « Faire face et se préparer aux grandes mutations des métiers de l’assurance ».

L’allocution d’Henri de Castries a traité du changement du monde et des comportements, et de la façon dont les assureurs (qu’il s’agisse des compagnies d’assurances ou des intermédiaires) doivent se préparer aux grandes mutations qui nous attendent dans les prochaines années, voire dans les prochaines décennies, si tant est qu’il est aujourd’hui possible de se projeter à si « long » terme…

Cas d’école – Interview vidéo de Benoît DOS (Directeur de la communication internet de l’ESA) sur « Le Figaro Etudiant »

Une vidéo de présentation de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) a été réalisée par les équipes « Web-TV » du Figaro Etudiant. Cette présentation a été faite au travers de l’interview de Benoît Dos, Directeur de la Communication Internet de l’ESA, interview réalisée par Pierre Chavanne.

Visionnez dans cet article l’interview vidéo visant à présenter l’ESA.

Mémoire – L’équilibre d’un portefeuille d’assurance frais de santé collective – Clémentine CHOTARD (Manager de l’Assurance – Promotion 2011-2013)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2013 par Clémentine Chotard (étudiante du cursus « Manager de l’Assurance », promotion 2011-2013), et intitulé : « L’équilibre d’un portefeuille d’assurance frais de santé collective ».

Si vous souhaitez contacter Clémentine Chotard, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Les formations de l’ESA primées dans le Guide du classement SMBG 2014

Les formations de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) ont été primées dans le Guide du Classement SMBG 2014 (11ème édition).

Ont ainsi été récompensées les formations suivantes :

- Manager de l’Assurance – European Master « Insurance Manager » (2ème dans la catégorie « Management et Droit de l’Assurance » du classement SMBG 2014)

- MBA « Ingénierie & Gestion de Patrimoine » (16ème dans la catégorie « Gestion de Patrimoine » du classement SMBG 2014)

- Manager des Risques et des Assurances de l’Entreprise – European Master « Risk Management and Insurance » (3ème dans la catégorie « Gestion des Risques » du classement SMBG 2014)

Cérémonie 2014 de remise des diplomes de l’ESA – Discours de Thierry Derez

La cérémonie 2014 de remise des diplômes de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) a eu lieu le jeudi 13 février 2014 au « Tapis Rouge », comme chaque année.

Cette année la cérémonie a été présidée par Thierry Derez, Président Directeur Général de Covéa. Monsieur Derez a clôt son discours de félicitations aux diplômés de la promotion 2013 de l’ESA en leur confirmant qu’en s’orientant dans le secteur de l’assurance, ils avaient fait « le bon choix ».

Après le discours de Thierry Derez, il a été procédé à la remise des diplômes des étudiants, promotion par promotion. Les majors de chaque cursus ont été félicités par un invité d’honneur chargé de remettre les diplômes aux étudiants de l’ESA.

Mémoire – La réassurance des programmes internationaux d’assurance au Brésil et dans les pays membres de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances – Virginie Monteiro (Manager de l’Assurance, Promotion 2011-2013)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2013 par Virginie Monteiro (étudiante du cursus « Manager de l’Assurance », promotion 2011-2013), et intitulé : « La réassurance des programmes internationaux d’assurance au Brésil et dans les pays membres de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances ».

Si vous souhaitez contacter Virginie Monteiro, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

XVIème Trophée de Golf de l’ESA – Mercredi 2 juillet 2014

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) organisera son XVIème Trophée de Golf le mercredi 2 juillet 2014. Le XVIème Trophée de Golf de l’ESA se déroulera au Golf des Yvelines (Château de la Couharde) de 9h30 à 18h00.

Les personnes souhaitant participer au Trophée de Golf de l’ESA doivent s’inscrire auprès de M. Christophe Phelip, l’organisateur de l’événement, à l’adresse suivante : cphelip@parcours18.com.

Le nouvel ordre mondial à l’heure de l’Asie

C’est aujourd’hui un fait avéré par tous, gouvernés et gouvernants, pays « occidentaux » et pays « orientaux », que le monde est entré dans une phase d’évolution et de transformation accélérées sans précédent dans l’histoire (du moins aussi loin que la mémoire humaine contemporaine peut remonter). La transformation du monde a cependant donné lieu à l’apparition de deux phénomènes contradictoires : une internationalisation des échanges et une tendance à l’uniformisation des modèles de sociétés (sous l’effet de la mondialisation), d’une part, et un renforcement ou une reconstitution de « blocs » d’influence revendiquant fortement leur identité culturelle, d’autre part.

En réalité, les deux phénomènes précités ne sont contradictoires qu’en apparence, si l’on se souvient que le processus de la mondialisation est apparu, puis s’est accéléré à partir de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, suite à la victoire des « Alliés » sur l’Allemagne nazie, événement historique dont les grands gagnants ont été les Etats-Unis, nation qui s’est ensuite imposée comme la figure de proue du « Bloc occidental » lorsqu’a éclaté la Guerre Froide. En effet, la mondialisation n’a rien été d’autre que la tentative d’expansion progressive du modèle culturel, politique et économique américain (qui s’est historiquement inspiré du modèle européen, avant de l’influencer, notamment au cours de la période des « Trente Glorieuses ») dans l’ensemble des autres pays de la planète.

Dans ce contexte de mondialisation accélérée (et favorisé par lui), un autre phénomène d’ampleur considérable est apparu, à savoir l’accès de 500 millions d’Asiatiques au rang des classes moyennes. Ce bouleversement, qui va aller s’amplifiant, va avoir des conséquences dont on a encore du mal à évaluer la portée sur l’équilibre du monde.

Face à ces constats, les questions qui se posent alors sont les suivantes : la mondialisation va-t-elle se poursuivre ? Et, dans le cas d’une réponse affirmative, pourra-t-elle toujours se définir comme une expansion des modèles politiques, économiques et culturels occidentaux ? Ou bien se poursuivra-t-elle au contraire sous forme d’un « choc des civilisations » ? C’est à ces questions que répond l’article présenté ici.

Petit-déjeuner de l’ESA – Risk Management, un outil de la performance des RH

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA), L’Ecole Sup des RH, organisent un Petit-Déjeuner sur le thème : « Risk Management, un outil de la performance des RH » Mardi 13 mai 2014 – Accueil à 8h30 Avec la participation de : Christophe Le Bars Ancien DRH Europcar International, Pages Jaunes, Ingersoll Rand Europe et Scor/Chargé d’enseignement en Risk Management [...]

Mémoire – Le risque nucléaire à l’épreuve de Fukushima – Caroline Arnaud (MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise, Promotion 2011-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Caroline Arnaud (étudiante du MBA « Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise », promotion 2011-2012), et intitulé : « Le risque nucléaire à l’épreuve de Fukushima ».

Si vous souhaitez contacter Caroline Arnaud, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante :

newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Page Facebook de l’ESA

L’Ecole Supérieure d’Assurances a créé sa page officielle sur Facebook. Nous vous invitons donc à suivre la page Facebook de l’ESA au lien suivant : Page Facebook de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA)

Sur cette page, vous pourrez suivre notre actualité. Nous vous attendons donc nombreux sur notre page Facebook.

Le Big Data : transformateur de nos économies et de nos vies

Depuis plusieurs mois, dans le secteur de l’assurance, le thème du « Big Data » fait l’objet de la publication de nombreux articles au sein de la presse professionnelle. Il s’agit en effet d’un enjeu majeur dans la stratégie de développement commercial des grands acteurs de l’assurance, en même temps que d’un tournant majeur, précurseur d’une troisième révolution de l’information.

Mais en quoi va consister exactement cette révolution ? Et quelles vont en être les conséquences, non seulement sur nos modes et nos méthodes de production, mais aussi et surtout dans notre vie quotidienne ? C’est à ces deux questions que répond cet article de Jean-Marc Vittori, publié dans Les Echos du 27 novembre 2013, article tentant d’anticiper (par le biais d’une analyse historique succincte, mais dense et très pertinente) les changements économiques et sociétaux qui vont être engendrés par le Big Data sur nos économies et sur nos vies.

Mémoire – Le démembrement de propriété : Entre stratégies patrimoniales et risques – Elodie Le Liboux (MBA Ingénierie et Gestion de Patrimoine, Promotion 2011-2013)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2013 par Elodie Le Liboux (étudiante du MBA « Ingénierie et Gestion de Patrimoine », promotion 2011-2013), et intitulé : « Le démembrement de propriété : Entre stratégies patrimoniales et risques ».

Si vous souhaitez contacter Elodie Le Liboux, auteur du mémoire, vous pouvez écrire à l’adresse e-mail suivante : newsletter@esassurances.com

Rappelons que si vous êtes amené à citer des passages ou des résultats de recherche extraits de mémoires et/ou de thèses de nos étudiants, vous êtes prié, conformément à l’article L 122-5-3° du Code de la Propriété Intellectuelle, de mentionner clairement le nom de l’auteur et la source ! Nous vous en remercions par avance.

Rapport ROMA-ROFA 2013 – Observatoire de l’Evolution des Métiers de l’Assurance (OEMA)

Vous trouverez ici le « Rapport de l’Observatoire sur les Métiers des salariés de l’Assurance » (ROMA) 2013 (17ème rapport) « Rapport de l’Observatoire sur les Formations des salariés de l’Assurance » (ROFA) 2013 (7ème rapport) La présentation de ces deux rapports a eu lieu le jeudi 19 décembre 2013 à la Maison de l’Assurance.

Etude métiers – Gestion des contrats ou prestations – Rapport OEMA – Octobre 2013

Vous trouverez, dans ce rapport publié en octobre 2013, l’étude métiers proposée par l’Observatoire de l’Evolution des Métiers de l’Assurance (OEMA) et intitulée « Gestion des contrats ou prestations : Du produit au client, de la technique au service, un changement de culture… ».

Nomenclature des métiers de l’assurance – Rapport OEMA – Avril 2012

Vous trouverez ici la présentation de la nouvelle nomenclature des métiers de l’assurance proposée par l’Observatoire de l’Evolution des Métiers de l’Assurance (OEMA) dans ce rapport téléchargeable publié en avril 2012.

La première classification des familles et sous-familles de métiers dans le secteur de l’assurance datait de 1996. Cette nouvelle nomenclature (la dernière en date) tient compte des grandes évolutions qui ont touché le secteur ces dernières années.

Comme l’OEMA le rappelle : « Les planètes rouges décrivent les familles cœur de métier assurantiel ; les bleues, les familles ayant une mission de pilotage de l’entreprise et de ses ressources ; les vertes, celles qui apportent un support et un soutien aux familles précédentes. »

L’ESA au Salon SMBG des Meilleurs Masters, MS et MBA -15 mars 2014

L’ESA participera au Salon SMBG des Meilleurs Masters, MS et MBA (salon Bac+3 à Bac+6), organisé par le « Groupe SMBG », le 15 mars 2014.

Le Salon se tiendra à l’adresse suivante : Cité de la Mode et du Design / 34 quai d’Austerlitz / 75013 Paris et aura lieu le : samedi 15 mars 2014, de 10h00 à 18h00.

L’ESA au Salon Sup’Alternance – 4-5 avril 2014

L’ESA participera au Salon Sup’Alternance (salon Bac+3 à Bac+6), organisé par le « Groupe Studyrama », les 4 avril (après-midi) et 5 avril 2014.

Le Salon se tiendra à l’adresse suivante : Espace Champerret – Hall A / Rue Jean Ostreicher / 75017 PARIS, et aura lieu les : vendredi 4 avril 2014, de 14h00 à 18h00 et samedi 5 avril, de 10h00 à 18h00.

Journée « Portes Ouvertes » à l’ESA le samedi 29 mars 2014

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) vous ouvre ses portes le samedi 29 mars 2014, de 10h à 16h.

La « Journée Portes Ouvertes » de l’ESA aura lieu dans nos locaux, à l’adresse suivante: Ecole Supérieure d’Assurances /13, rue Fernand Léger / 75020 PARIS / Métro : Père Lachaise (Ligne 2 ou 3 du métro).

Cette journée sera l’occasion de découvrir nos formations diplômantes et professionnelles jusqu’à Bac + 5, d’échanger avec les étudiants, les enseignants et les collaborateurs de l’ESA et de visiter nos locaux.

L’ESA au Salon de l’Etudiant – 7-8-9 mars 2014

L’ESA participera au Salon de l’Etudiant, organisé par le groupe « L’Etudiant », les 7, 8 et 9 mars 2014.

Le Salon se tiendra à l’adresse suivante: Parc des expositions / Paris – Porte de Versailles / Pavillon 2 – 1 / 1, place de la Porte-de-Versailles /75015 Paris et aura lieu les : 7, 8 et 9 mars 2014, de 10h00 à 18h00.

Norbert CHARASCH

Norbert CHARASCH est professeur en approche financière et en bancassurance à l’Ecole Supérieure d’Assurances. Il est également Président Délégué de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA).

Norbert CHARASCH a effectué l’ensemble de sa carrière professionnelle dans les secteurs de la banque et de la bancassurance :il a exercé différentes fonctions professionnelles essentiellement au sein de BNP Paribas et du CIC (CIC-Société Bordelaise / CIC-Ile-de-France).

Page Google+ de l’ESA

L’Ecole Supérieure d’Assurances a créé sa page officielle sur le réseau social de Google, Google +. Nous vous invitons donc à nous suivre sur la page Google+ de l’ESA au lien suivant :Page Google + de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA)

Sur cette page, vous pourrez suivre notre actualité. Nous vous attendons donc nombreux sur notre page Google+.

Jean-Loup MOREAU

Le Général Jean-Loup MOREAU est professeur de Stratégie et prise de décision à l’Ecole Supérieure d’Assurances. Après avoir quitté le service actif dans les armées, Jean-Loup MOREAU se consacre aujourd’hui à des activités d’enseignement, notamment à l’ESSEC et à l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA), où il dispense un cours sur « Les fondements de la stratégie », et à l’animation de séminaires de chefs d’entreprise.

Jean Paul ROMAND

M. Jean Paul Romand est professeur de techniques IARD et de Risk-management à l’Ecole Supérieure d’Assurance.Outre son activité de formateur au sein de l’ESA, Jean Paul Romand assume actuellement des missions de risk-management pour des Entreprises de Taille Intermédaire.

Inscription du titre « Manager des Risques et des Assurances de l’Entreprise » au RNCP

L’Ecole Supérieure d’Assurances a ouvert en 2013 une formation en Risk Management de 2 ans intitulée : « Manager des Risques et des Assurances de l’Entreprise ».

Le titre « Manager des Risques et des Assurances de l’Entreprise » est un Titre de Niveau I, enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (Code NSF : 313n).

Vous trouverez ci-dessous un extrait du Journal Officiel de la République Française du 27 août 2013, mentionnant l’inscription du titre « Manager des Risques et des Assurances », délivré par l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA), au Répertoire National des Certifications Professoinnelles (RNCP).

La mention de l’inscription du titre « Manager des Risques et des Assurances » au Répertoire National des Certifications Professoinnelles (RNCP) a été précisément publiée officiellement dans l’ « Arrêté du 12 août 2013 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles ».

Vers un modèle de retraite anglo-saxon ?

Dans cet article, paru dans La Tribune le vendredi 28 juin 2013, Sylvain Rousseau, Directeur du département prévoyance santé, retraite et avantages sociaux chez Towers Watson, en évoquant la possibilité d’intégrer le principe de capitalisation dans notre système de retraite, répond à la question suivante : « Va-t-on en France vers un modèle de retraites anglo-saxon ? ».

La Chine, un colosse aux pieds d’argiles ?

Cet article est un interview de François Godement, Professeur des Universités à Sciences Po, et Fondateur d’Asia Centre. Dans cet interview, François Godement apporte des réponses à la question suivante, qui ne peut qu’intéresser, voire préoccuper tous les économistes du monde : « La Chine est-elle un colosse aux pieds d’argiles ? ». Cet article est paru dans Les Echos du mardi 27 août 2013.

La fin des certitudes économiques

Cet article est un portrait en filigrane d’Olivier Blanchard, « conseiller économique » du FMI, portarit brossé par Jean-Marc Vittori. Dans ce portrait, Jean-Marc Vittori décrit l’entrée dans une nouvelle ère, celle de l’écroulement des certitudes économiques, économie dont les modèles dogmatiques ont été fortement mis à mal ces dernières années. Cet article est paru dans Les Echos du mardi 25 juin 2013.

Maria-Beatriz SALGADO

Madame Maria-Beatriz SALGADO est professeur de Droit privé (droit des sociétés, droit du financement, procédures collectives, droit bancaire) à l’Ecole Supérieure d’Assurance.Maria-Beatriz SALGADO est aujourd’hui Maître de conférences en droit privé au Conservatoire National des Arts et Métiers. Elle est coresponsable du diplôme « Responsable Juridique en Droit des affaires et fiscalité » ainsi que du Doctorat en Droit et du Doctorat en Sciences de gestion (mention Droit des affaires) du Cnam.Elle assume les fonctions de Vice-Doyen chargé de la communication à la Faculté AEI de l’Université Paris-Est, établissement dans lequel elle est également responsable du Master Commerce et Affaires Internationales.

Gérard REMY

Monsieur Gérard REMY est professeur de « Risques Politiques et Spéciaux » à l’Ecole Supérieure d’Assurances. Gérard REMY a développé une activité de Conseil Indépendant et de Management de Transition auprès de grands groupes internationaux et de PME /PMI exportatrices, dans le domaine financier international.

Jean MOUTARD

M. Jean MOUTARD est professeur de Gestion de Projet à l’Ecole Supérieure d’Assurance. Il a rejoint en 1996, la BU Finance de Capgemini et est aujourd’hui manager des 250 consultants de la communauté des Business Analyst, et responsable de l’activité Business Consulting Assurance.

Stéphanie BRUGIRARD

Mme Stéphanie BRUGIRARD est professeur d’Approche Actuarielle à l’Ecole Supérieure d’Assurance.Stéphanie BRUGIRARD travaille depuis 2006 chez SPAC-Actuaires, un cabinet de conseil en actuariat spécialisé dans la retraite, prévoyance et santé.

IFAGE

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) est partenaire depuis juillet 2013 avec l’Institut Interafricain de Formation en Assurance et Gestion des Entreprises (IFAGE), dont le siège est au Sénégal, à Dakar. Dans le cadre de ce partenariat, la délivrance de la Licence et du Master de l’IFAGE entraîne automatiquement la délivrance par l’ESA de son diplôme de [...]

Jean-Michel CLEMENT

M. Jean-Michel CLEMENT est professeur d’Approche Actuarielle à l’Ecole Supérieure d’Assurance. Jean-Michel CLEMENT travaille depuis 2003 dans le cabinet d’actuariat-conseil SPAC-Actuaires spécialisé dans les engagements liés à la vie du salarié (« passifs sociaux ») et en protection sociale complémentaire (retraite, prévoyance, santé).

Marie BOU-KHALIL

Mme Marie BOU-KHALIL est professeur d’ anglais des affaires à l’Ecole Supérieure d’Assurance. Marie BOU-KHALIL est aujourd’hui formatrice en anglais à visée professionnelle.

Sébastien SCHREIBER

M. Sébastien SCHREIBER est professeur de Réorganisation d’Agence à l’Ecole Supérieure d’Assurance. A ce jour, il est manager de 28 Inspecteurs Gestionnaires d’Agences (métier qu’il a exercé de 2000 à 2002), qui ont en charge la gestion et l’animation commerciale des agences sans titulaire.

Philippe VARIN

M. Jean-Yves Philippe VARIN est professeur des Assurances Maritimes et Transport à l’Ecole Supérieure d’Assurances.J-Y Philippe VARIN est aujourd’hui consultant pour des opérations d’Assurances Maritimes et Transport.

Bertrand NERAUDAU

Monsieur Bertrand NERAUDAU est professeur en BTS, en Manager de l’Assurance et en MBA à l’Ecole Supérieure d’Assurance, où il enseigne plusieurs disciplines centrées autour du droit de l’assurance. Bertrand NERAUDAU est aujourd’hui avocat, gérant d’un Cabinet intervenant en droit des assurances et droit immobilier.

Bernard BOUBÉ

M. Bernard Boubé est professeur de Droit des sociétés, Finance et assurance islamiques (Takaful), Gestion d’un cabinet de courtage, Gestion et assurance des risques santé, à l’Ecole Supérieure d’Assurance.Préfet honoraire, Bernard Boubé est aujourd’hui président fondateur (depuis mars 2012) de la SAS ECOFEGE – Etudes, Conseils, Formations, Editions pour la Gestion.

Iris AUGU

Mlle Iris AUGU est professeur de Gestion de la Relation Client et Marketing à l’Ecole Supérieure d’Assurances.Iris AUGU est aujourd’hui consultante-formatrice dans le marketing d’assurance principalement.Elle a co-écrit « Réussir la vente d’assurance » parue en novembre 2012 aux éditions l’Argus de l’Assurance, en collaboration avec Julie Le Héran.

Nolwenn ALLANO

M. Nolwenn Allano est professeur à l’Ecole Supérieure d’Assurance, et intervient dans la formation « Manager de l’Assurance ». Nolwenn Allano est actuellement le directeur général régional de Gras Savoye pour la zone Europe de l’Est et Turquie.

Résultats du BTS Assurance 2013

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) a obtenu un taux de réussite de 81 % au BTS Assurance 2013 en présentiel. L’ESA souhaite féliciter tous ses étudiants qui ont été reçus à la session 2013 de l’examen de « BTS Assurance » ! Pour en savoir plus sur nos cursus préparant au BTS Assurance, vous pouvez consulter les pages [...]

Cérémonie 2013 de remise des diplômes de l’ESA – Discours de Jean-Claude Seys

La cérémonie de remise des diplômes de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) s’est déroulée, comme chaque année, à Paris, et a été présidée, en 2013, par Jean-Claude Seys (Président de L’Institut Diderot, Vice-Président de COVEA, Vice -Président de MMA et Administrateur de la MAAF), qui a ensuite tenu un discours devant l’assemblée afin de livrer son analyse de l’évolution du secteur de l’assurance ces prochaines décennies, au sein de nos économies.

Vous trouverez dans cet article la vidéo de la cérémonie 2013 de remise des diplômes de l’ESA.

La remise des diplômes à proprement parler a été inaugurée par Alain Morichon (Président délégué de la CSCA, Président du SFAC et Président de l’ORIAS) et Jean-Luc Bertozzi (Président du Conseil de Perfectionnement et Scientifique de l’ESA).

L’autre temps fort de la soirée a été le bref discours de Romain Savoye, Président d’ »Alumni ESA » (Association des anciens élèves diplômés de l’ESA) afin de présenter l’Association devant l’Assemblée. L’association Alumni ESA a pour vocation de créer une communauté des anciens de l’ESA. Pour ce faire, l’association a mis en ligne son site internet (www.alumniesa.com), et a créé un réseau social privé à l’usage exclusif des membres de l’association.

Mémoire – Quelles stratégies les assureurs doivent-ils adopter sur les médias sociaux ? – Jennifer Leuriot (Manager de l’Assurance, Promotion 2010-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Jennifer Leuriot (étudiante en Manager de l’Assurance, promotion 2010-2012), et intitulé : « Quelles stratégies les assureurs doivent-ils adopter sur les médias sociaux ? ».

Mémoire – Les auto-entrepreneurs : Comment les assureurs peuvent-ils répondre à leurs besoins et à leurs attentes ? – Benjamin Barrau (Manager de l’Assurance, Promotion 2010-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Benjamin Barrau (étudiant en Manager de l’Assurance, promotion 2010-2012), et intitulé : « Les auto-entrepreneurs : Comment les assureurs peuvent-ils répondre à leurs besoins et à leurs attentes ? ».

Mémoire – Le concept de faute séparable : Contribution ou obstacle à la mise en cause de la responsabilité civile des dirigeants a l’égard des tiers ? – Geoffroy Villeneuve de Janti (Manager de l’Assurance, Promotion 2010-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Geoffroy Villeneuve de Janti (étudiant en Manager de l’Assurance, promotion 2010-2012), et intitulé : « Le concept de faute séparable : Contribution ou obstacle à la mise en cause de la responsabilité civile des dirigeants a l’égard des tiers ? ».

Mémoire – L’assurance tous risques chantier à l’international – Nicolas Vergne (Manager de l’Assurance, Promotion 2010-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Nicolas Vergne (étudiant en Manager de l’Assurance, promotion 2010-2012), et intitulé : « L’assurance tous risques chantier à l’international ».

Mémoire – Dans quelles mesures les assureurs peuvent-ils aider les établissements de santé dans la gestion des événements indésirables graves liés aux soins ? – Caroline Barbaras (Manager de l’Assurance, Promotion 2010-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Caroline Barbaras (étudiante en Manager de l’Assurance, promotion 2010-2012), et intitulé : « Dans quelles mesures les assureurs peuvent-ils aider les établissements de santé dans la gestion des événements indésirables graves liés aux soins ? ».

Mémoire – Assurance et risques naturels : Principe, limites et perspectives du régime catastrophes naturelles – Grégoire Humel (Manager de l’Assurance, Promotion 2010-2012)

Vous trouverez ici le mémoire soutenu en 2012 par Grégoire Humel (étudiant en Manager de l’Assurance, promotion 2010-2012), et intitulé : « Assurance et risques naturels : Principe, limites et perspectives du régime catastrophes naturelles ».

Book du BDE de l’ESA

Est présenté ici le book du Bureau des Etudiants (BDE) de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) de l’année 2011-2012.

Journée « Portes Ouvertes » à l’ESA le samedi 6 avril 2013

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) vous ouvre ses portes le samedi 6 avril 2013, de 10h à 16h.

La « Journée Portes Ouvertes » de l’ESA aura lieu dans nos locaux, à l’adresse suivante: Ecole Supérieure d’Assurances /13, rue Fernand Léger / 75020 PARIS / Métro : Père Lachaise (Ligne 2 ou 3 du métro).

Cette journée sera l’occasion de découvrir nos formations diplômantes et professionnelles jusqu’à Bac + 6, d’échanger avec les étudiants, les enseignants et les collaborateurs de l’ESA et de visiter nos locaux.

Journée « Portes Ouvertes » à l’ESA le samedi 2 février 2013

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) vous ouvre ses portes le samedi 2 février 2013, de 10h à 16h.

La « Journée Portes Ouvertes » de l’ESA aura lieu dans nos locaux, à l’adresse suivante: Ecole Supérieure d’Assurances /13, rue Fernand Léger / 75020 PARIS / Métro : Père Lachaise (Ligne 2 ou 3 du métro).

Cette journée sera l’occasion de découvrir nos formations diplômantes et professionnelles jusqu’à Bac + 6, d’échanger avec les étudiants, les enseignants et les collaborateurs de l’ESA et de visiter nos locaux.

Le troisième pilier de la relance économique européenne

Tous les dirigeants européens sont en alerte depuis l’éclatement de la crise financière qui est arrivée sur notre continent à l’automne 2008, et dont les effets se font aujourd’hui sentir avec plus de force. En effet, la crise, en mettant brutalement en évidence le niveau d’endettement colossal, associé à une économie fragile, de certains pays de l’Union Européenne (qui se sont avérés être essentiellement les « pays du Sud » de l’Europe), a fini par entraîner une forte récession au sein de ces pays, phénomène qui n’a pas tardé à entraîner licenciements, chômage, appauvrissement de la population, tensions sociales, etc.Cette situation n’a pas tardé à entraîner en Europe un fort clivage entre « nordistes vertueux » et « sudistes prodigues », pour reprendre les mots de Roland Berger. Cette division politique et économique au sein de l’Europe menace tout naturellement l’existence de la monnaie unique européenne, l’euro.

Les principales questions que se posent actuellement les dirigeants européens sont les suivantes : Comment assainir les finances des états européens en réduisant leurs dettes ? Comment relancer l’économie européenne ? Comment retrouver la croissance ? Comment sauver l’Union Européenne en la protégeant de l’éclatement ?

Roland Berger, auteur de cet article paru dans La Tribune du 25 septembre 2012, propose ici une solution ingénieuse pour relancer la croissance au sein de la zone européenne (le troisième pilier de la relance économique européenne), et pour compléter la série de mesures qui ont été prises jusqu’à maintenant par les responsables européens.

Cet article est suivi d’une postface historique, visant à mettre en évidence que la proposition de Roland Berger peut ne pas avoir que des implications économiques, mais aussi des conséquences politiques. Une bibliographie et des extraits des ouvrages qui ont nourri l’analyse menée dans la postface sont proposés tout à la fin de l’article.

L’impasse de l’économie européenne

L’économie européenne, selon Jean-Marc Vittori, l’auteur de cet article paru dans le numéro des Echos daté du Jeudi 10 mai 2012, se trouve dans une impasse. Et cette impasse dans laquelle se trouvent les pays de la zone euro peut être tout-à-fait comparée à celle dans laquelle se trouvait Tantale, héros de la mythologie grecque condamné par les dieux à un supplice dont on dit qu’il n’aurait pas de fin.

En quoi la situation de l’économie européenne peut-elle être comparée à celle de Tantale ? La réponse à cette question est donnée dans l’article de Jean-Marc Vittori présenté ici.

Dans cette version de l’article publiée en ligne sur le site de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA), des astérisques ont été ajoutés à côté de certains noms de personnages (mythologiques ou historiques) et/ou de certaines notions économiques abordées dans l’article. Ces astérisques renvoient à un paragraphe succédant à l’article, intitulé : « Références pour en savoir plus sur les auteurs et les notions mentionnés dans cet article ». Dans ce paragraphe figurent des liens et/ou des vidéos renvoyant à des ressources documentaires permettant d’en savoir plus sur les personnages et les notions en question.

Mémoire – Projet d’entreprise : Promotion du produit Zen Habitation – Collectif d’étudiants (Manager de l’Assurance, Promotion 2010-2012)

L’Ecole Supérieure d’Assurances est heureuse de vous présenter ici le mémoire rédigé par un collectif de cinq étudiants en 2ème année du cursus d’« European Master Assurance : Manager de l’Assurance » de la promotion 2010-2012, mémoire intitulé : « Projet d’Entreprise : Promotion du produit Zen Habitation ».Comme son intitulé l’indique, ce mémoire est en réalité le compte-rendu du projet d’entreprise effectué par ces étudiants du « European Master Assurance en Alternance : Manager de l’Assurance » sous la direction de Mr Christophe Zeller, président de la société de courtage C2R Conseil.

Ce mémoire se présente et se lit comme un guide pratique décrivant étape par étape comment se conçoit, se développe, se lance et se promeut un produit d’assurance : l’intérêt et la force de ce compte-rendu de projet d’entreprise (qui s’apparente davantage à une thèse qu’à un rapport) provient du fait qu’il traite d’un cas concret ayant donné lieu au déploiement d’un produit d’assurance « réel », c’est-à-dire effectivement lancé et proposé sur le marché.

Ce mémoire nous fait en quelque sorte rentrer dans ce que l’on pourrait appeler un « Laboratoire de conception, de création et de lancement de produit / projet », et peut, de ce fait, s’avérer très intéressant pour les Chefs ou les Responsables de Produits ou de Projets, ainsi que pour les professionnels du Marketing et de la Communication. La lecture de ce mémoire est, de manière générale, recommandée à toutes les personnes qui s’intéressent aux Sciences de l’Entreprise et qui souhaitent s’informer sur la manière dont il faut procéder pour créer, puis commercialiser un produit (et plus spécifiquement un produit d’assurance), ainsi que sur la marche à suivre pour élaborer une stratégie de communication construite et efficace.

Bilan économique du quinquennat de Nicolas Sarkozy

Le 6 avril 2012, juste avant le premier tour des élections présidentielles, François Saint-Cast, professeur d’économie à l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA), a publié un article étudiant et commentant avec précision les principaux indicateurs économiques des cinq années de la présidence de Nicolas Sarkozy. Cet article se présente donc comme une étude du bilan économique du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Cet article, intitulé « Autopsie d’un quinquennat » et visant à pallier le défaut de compréhension éventuel devant lequel l’on peut se trouver lorsque l’on cherche à analyser objectivement l’impact de la crise sur notre économie nationale, voulait à la fois dresser un bilan économique du précédent quinquennat, et mettre en avant les points sur lesquels aurait à travailler le prochain président (dont nous savons maintenant qu’il s’agit de François Hollande) au cours du quinquennat 2012-2017 : c’est pourquoi nous n’avons estimé utile de le publier sur notre site, et ce, même s’il n’est plus strictement corrélé à l’actualité.

Nous avons estimé utile ici de commenter, d’expliquer et de développer certaines notions économiques auxquelles l’auteur fait référence dans son analyse.

Ces notions sont explicitées (au travers de brefs rappels souvent extraits d’articles dont nous citons toujours la source) et rassemblées au sein d’un glossaire figurant à la fin de l’article. Les notions de l’article qui renvoient au glossaire sont annotées d’un astérisque.

Plaidoyer pour la démocratie directe

François Saint-Cast, professeur d’économie à l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) a publié, peu avant les élections présidentielles de cette année, un article dans lequel il prônait une idée originale, et sans doute pertinente au vu de l’évolution du monde actuel : la création d’une troisième Chambre, chargée de rendre le peuple français directement participatif dans le processus d’élaboration des lois et directement décideur dans les grandes orientations à donner à la politique nationale. Dans cet article paru le 10 février 2012 sur le site internet des Echos, François Saint-Cast se faisait le défenseur de la démocratie directe.

Compte-tenu du fait que, parmi la population des « sans-voix » (population bien souvent également dénommé à travers l’expression de « petit peuple », ainsi qualifiée par référence au statut socio-économique dans lequel elle se trouve enfermée), se comptent désormais un grand nombre d’individus hautement qualifiés et/ou faisant état d’un haut niveau de formation supérieure, peut-on dire que la proposition d’instaurer une Troisième Chambre n’est que pure démagogie ?

Si c’est à chacun de répondre, en son âme et conscience, à cette question, François Saint-Cast nous décrit ici, dans ce qui s’apparente à un plaidoyer pour la démocratie directe, quel pourrait être le mode de fonctionnement de cette Troisième Chambre, si celle-ci venait un jour à être créée, et inscrite dans le marbre de la Constitution.

L’aléa moral en économie

A l’origine, la notion d’ « aléa moral » s’appliquait plutôt en référence à des comportements individuels altérés suite à l’instauration d’une relation contractuelle entre deux ou plusieurs parties (altérations de comportements particulièrement observables dans les secteurs de l’assurance et de la banque). Mais, peu à peu, cette expression a fait son irruption dans le domaine de l’économie et de la finance, pour devenir récemment (lors de l’éclatement de la crise financière de 2006-2008), aux yeux de certains économistes, l’un des concepts-clés permettant de décrire l’une des principales causes ayant provoqué la crise économique mondiale que nous traversons actuellement.

Jacques de Larosière, ancien Directeur du Fonds Monétaire International (FMI), de 1978 à 1987, ancien Gouverneur de la Banque de France, de 1987 à 1993, et auteur de cet article, fait partie de ces éminents économistes qui considèrent que la généralisation de l’ « aléa moral » dans les domaines de l’économie et de la finance a été à l’origine de l’éclatement de la crise économique et financière mondiale que nous traversons actuellement.

Dans cet article dense et synthétique, Jacques de Larosière expose les raisons qui le poussent à affirmer que l’extension de la notion d’ « aléa moral » au secteur de l’économie est l’une des causes principales de la crise financière mondiale que nous traversons.

Ecofége

EcofégeEcofége est une société spécialisée dans la formation à la gestion des affaires et des organisations publiques ou privées. Ecofége propose également des prestations de conseil et d’accompagnement relatives à la conduite et au développement d’activités : ces prestations s’adressent aussi bien aux entreprises et aux personnes, qu’aux collectivités et aux institutions.

Ecofége a été fondée et est actuellement présidée par Bernard Boubé, ancien préfet et professeur à l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) en assurance islamique.

CESARM

Le Cercle de l’Ecole Supérieure d’ Assurances Risk Managers (CESARM) est l’association des anciens élèves du cursus « MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise » de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA).

Le CESARM est une association Loi de 1901 actuellement présidée par Mathile Dufourcq, ancienne élève diplômée du MBA en Risk Management de l’ESA et actuellement Responsable IARD chez Assurances Chevalier.

Le CESARM a un site internet dont l’adresse web est : http://cesarm.fr

Alumni ESA

Alumni ESA
Alumni ESA est l’association des anciens élèves diplômés de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA).

Régie par la loi de juillet 1901, et actuellement présidée par Romain Savoye, l’Association Alumni ESA se compose :

- d’une Assemblée Générale,

- d’un Conseil d’Administration,

- d’un Bureau.

Créée essentiellement dans le but de permettre aux anciens de l’ESA de se rencontrer et de construire des relations amicales et/ou professionnelles durables, l’association Alumni ESA se fixe pour triple objectif :

- de mettre en relation les anciens élèves de l’ESA entre eux, ou avec les étudiants effectuant actuellement un cursus d’études au sein de l’Ecole Supérieure d’Assurances,

- de mettre en relation les anciens ou actuels étudiants de l’ESA devenus membres actifs de l’association avec des personnalités des mondes de l’entreprise et de l’enseignement, opérant plus particulièrement dans le secteur de l’assurance,

- de contribuer ainsi au rayonnement national et international de l’ESA, avec laquelle l’association Alumni ESA entretient des liens particulièrement étroits.

Les fondamentaux de la responsabilité civile (E-Learning)

Formation E-Learning - Les fondamentaux de la responsabilité civile

Ce module de formation e-learning sur Les fondamentaux de la responsabilité civile, sélectionné en partenariat avec la société E-Académa, est un cours interactif en ligne dont l’objectif pédagogique poursuivi est de délivrer aux apprenants les connaissances de base sur les fondamentaux de la responsabilité civile. La durée totale de ce module e-learning sur Les fondamentaux de la responsabilité civile a été estimée à environ 3 heures (tout dépendant du niveau de connaissance de l’apprenant et du rythme auquel il est capable d’assimiler le contenu du cours).

Pour permettre aux personnes qui n’ont jamais suivi de cours en elearning de tester un module, E-Learning Académa (marque de la société E-Académa) donne la possibilité de tester gratuitement et sans engagement deux extraits de modules elearning. Il suffit pour cela de s’inscrire pour accéder à l’espace virtuel de formation d’E-Learning Académa, après s’être rendu sur la page web se trouvant au lien suivant : E-Learning Gratuit.

L’intermédiation en assurance (E-Learning)

Formation E-Learning - L'intermédiation en assurance Ce module de formation e-learning sur L’intermédiation en assurance est un cours interactif que l’apprenant peut suivre à son rythme, consacré à l’étude de l’intermédiation en assurance et à la réglementation régissant l’exercice des opérations d’intermédiation en assurance. Ce module e-learning sur L’intermédiation en assurance, sélectionné en partenariat avec notre partenaire E-Académa, dure environ 6 heures.

Pour permettre aux personnes de tester gratuitement un module e-learning, E-Learning Académa (marque de la société E-Académa) donne accès à du contenu e-learning gratuit. Il suffit pour cela de cliquer sur le lien suivant : E-Learning Gratuit

Les bases de l’assurance (E-Learning)

Formation E-Learning - Les bases de l'assurance

Ce module de formation e-learning sur Les bases de l’assurance est un cours interactif que l’apprenant peut suivre à son rythme, introduisant aux grandes problématiques de l’assurance. Ce module e-learning sur Les bases de l’assurance, sélectionné en partenariat avec notre partenaire E-Académa, dure environ 9 heures.

Pour permettre aux personnes qui n’ont jamais testé l’e-learning, E-Learning Académa (marque de la société E-Académa) donne la possibilité de tester gratuitement, après inscription, deux séquences de modules e-learning. Il suffit pour cela de cliquer sur le lien suivant : E-Learning Gratuit

Où va l’Europe ?

Les propos d’un débat entre Jacques Attali et Alain Minc ont été rapportés dans un article publié dans Les Echos du 10 janvier 2012, article intitulé « Où va l’Europe ? Le face à face Alain Minc-Jacques Attali ». Ce sont les propos que Jacques Attali a tenu au cours de cet échange qui sont retranscrits ci-dessous. Le titre qui a été donné à cet article, retranscrivant l’analyse de Jacques Attali, et reprenant partiellement le titre orignal de l’article publié dans Les Echos – « Où va l’Europe ? » – met le doigt sur une question essentielle que tous les dirigeants et peuples de la zone euro se posent chaque jour avec davantage d’acuité.

C’est un « diagnostic objectif et lucide de la situation » que livre ici Jacques Attali, conscient de la situation d’urgence dans laquelle nous nous trouvons, en même temps qu’il décrit les orientations que doit impérativement prendre la politique européenne, si celle-ci veut s’avérer efficace pour sauver l’unité institutionnelle et économique de notre continent. Jacques Attali nous livre donc ici sa réponse à la question : « Où va l’Europe ? ». En résumé, les axes vers lesquels Jacques Attali préconise d’orienter la politique européenne pour nous sauver de la « catastrophe » (pour reprendre ses propres termes) sont la construction d’un véritable système fédéral (pour donner naissance à ce que certains appellent les « Etats-Unis d’Europe »), et la mise en place d’une dynamique profonde de croissance.

Evolution économique de la Chine

Comment la Chine va-t-elle évoluer économiquement ces prochaines années, et quelle sera sa place dans le concert des nations à l’issue de la « redistribution des cartes » qu’est actuellement en train d’opérer la crise économique mondiale que nous traversons ? C’est à cette question que tente de répondre cet article de Charles-Edouard Bouée (Membre du Comité Exécutif Groupe et Directeur Asie des Services Financiers au sein du cabinet de conseil Roland Berger Strategy Consultants), article paru dans le numéro daté du 8 décembre 2011 dans la revue Challenge et tentant d’anticiper l’évolution économique de la Chine.

Dans sa tentative d’anticiper l’évolution économique de la Chine ces prochaines années, Charles-Edouard Bouée met ici en évidence le fait que ce pays se trouve actuellement à un tournant de son histoire, qui pourrait la conduire à se retrouver dans la situation qui était la sienne avant 1820 (date que l’on considère habituellement comme celle de son déclin), à savoir celle d’une grande puissance repliée sur soi et fermée à l’influence des étrangers. Ce repli sur soi pourrait être économiquement envisageable du fait que la Chine, après avoir, pendant trois décennies (« unité de temps sur laquelle raisonnent ses dirigeants », comme l’écrit Charles-Edouard Bouée), misé sur la production destinée à l’exportation pour assurer son développement économique, en même temps que pour accroître son importance dans les échanges économiques internationaux, semblerait décidée à donner la priorité au développement de son marché intérieur ; c’est en tout cas, comme le rappelle ici Charles-Edouard Bouée, l’un des objectifs du XIIème plan quinquennal.

Quelle va donc être l’évolution économique de la Chine au cours de ces prochaines décennies ? Va-t-on, dans les années qui viennent, assister à un retour de la Chine à l’attitude qui était la sienne avant les guerres de l’opium ? Ecoutons la réponse à ces questions que nous livre ici Charles-Edouard Bouée, fin connaisseur, en tant que Directeur Asie des Services Financiers au sein du cabinet de conseil Roland Berger Strategy Consultants, de la Chine et du marché chinois…

Audit et Commissariat aux Comptes – Alain Mikol (Ebook)

Audit et Commissariat aux comptes - Alain Mikol

Audit et Commissariat aux Comptes est un e-book d’Alain Mikol, dont la dernière version mise à jour date de 2012.

Un auditeur est, de façon générale, une personne chargée d’effectuer l’examen des états patrimoniaux d’une entreprise, visant à vérifier leur sincérité, leur régularité, leur conformité et leur aptitude à refléter une image fidèle de l’entreprise.

Un commissaire aux comptes est, quant à lui, un acteur extérieur à l’entreprise ayant pour rôle de contrôler la sincérité et la régularité des comptes annuels établis par une société ou une autre institution. La tâche principale d’un commissaire aux comptes est d’établir un audit comptable et financier. La mission effectuée par le commissaire aux comptes est la plupart du temps une mission légale, sachant qu’elle peut néanmoins parfois être décidée volontairement par l’entreprise.

L’e-book Audit et Commissariat aux Comptes d’Alain Mikol a pour objectif général de présenter les méthodes de travail des auditeurs et la déontologie qu’ils sont tenus de respecter, tout en précisant, dans le même temps, les différences entre le commissaire aux comptes français et l’auditeur financier.

Cet e-book a également pour but de présenter la méthodologie qui guide le travail du Commissaire aux Compte, méthodologie qui se caractérise par le suivi d’étapes de travail bien définies et par l’application de techniques de collecte des éléments probants. Car, comme le rappelle l’auteur, les commissaires aux comptes « ne travaillent pas au hasard au gré de leur inspiration ».

Cet e-book s’adresse à tous les étudiants appelés à travailler dans le monde de l’entreprise, et plus particulièrement à ceux qui souhaitent exercer des fonctions de direction, ou orienter leur carrière professionnelle vers le commissariat aux comptes. Il s’adresse également à toutes les personnes souhaitant comprendre la démarche de l’auditeur financier et du commissaire aux comptes.

C’est un e-book que l’ESA recommande à ses étudiants de :

  • BTS Assurance,
  • Bachelor Assurance,
  • European Master Assurance : Manager de l’Assurance

Nous proposons d’acheter cet e-book sur E-Book Académa, site de vente d’e-books de notre partenaire E-Académa. E-Académa propose de nombreux ebooks dans le domaine des Sciences de l’Entreprise, et propose une rubrique intitulée : Ebook gratuit.

D’une économie spéculative à une économie productive

Dans cet article paru dans le numéro du magazine Challenge daté du 16 au 22 décembre 2011, Abderrahmane Mebtoul livre une analyse succincte, mais très profonde, des causes qui nous ont amené à vivre la terrible crise économique que nous traversons. Il étaye la thèse qu’il soutient en citant, de façon très précise, des chiffres extraits d’études officielle, pour en tirer des observations aussi intéressantes qu’alarmantes.

Pour Abderrahmane Mebtoul (comme pour bon nombre d’autres économistes), la cause de la crise économique mondiale que nous vivons, en même temps que le drame des sociétés occidentales, provient du fait que la « spéculation » a été mis au centre du fonctionnement du système économique, et au détriment de la « production », qui est pourtant le moteur de l’économie dite « réelle ». Il y a donc urgence à (re)passer d’une économie spéculative à une économie productive… Car ce n’est que dans ce retour d’une économie spéculative vers une économie productive, que l’économie pourra redevenir au service de l’homme, et non l’homme, au service de l’économie…

Vers un nouveau capitalisme dans l’entreprise

Cette interview de Claude Bébéar, qui a été l’invité d’honneur de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) lors de la cérémonie 2012 de remise des diplômes est parue en septembre 2011 dans « Enjeux – Les Echos ». L’interview de Claude Bébéar, qui se présente comme un plaidoyer prônant un acheminement vers un nouveau capitalisme dans l’entreprise, était intégrée dans un dossier intitulé « Le bon capitalisme », et dans un long article dont le titre posait, non sans ironie, la question suivante : « Le capitalisme peut-il se racheter ? ».

Dans cette interview, prônant l’acheminement vers un nouveau capitalisme dans l’entreprise, Claude Bébéar analyse la manière dont le mauvais usage de la liberté économique qu’octroie le capitalisme aux détenteurs de capitaux s’est traduit concrètement dans le monde de l’entreprise, et propose des solutions qui pourraient permettre, à travers l’instauration de procédures de régulation, de permettre aux personnes, morales et physiques, actuellement au contrôle des commandes de l’économie capitaliste, de faire un usage « raisonnable » de leur liberté économique.

Conférence – L’assurance numérique – Jeudi 12 avril 2012 à 19h00

L’Association des Anciens Elèves de l’ESA, Alumni ESA, organise une conférence sur le thème de l’assurance numérique le Jeudi 12 avril 2012 à 19h, avec, comme intervenant, Monsieur Bernard NAUDIN, PDG de Cardiweb (Société de conseil spécialisée dans le développement d’applications Smartphone dans le secteur de l’assurance).

La Conférence organisée par Alumni ESA aura lieu dans les locaux de l’ESA.

Discours de Claude Bébéar – Cérémonie 2012 de remise des diplômes de l’ESA

La cérémonie de remise des diplômes visant à féliciter et récompenser les étudiants de l’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) ayant validé leur cursus de formation en 2011, a eu lieu le 9 février 2012.

A cette occasion, l’Ecole Supérieure d’Assurances et ses étudiants ont été honorés de la présence de Monsieur Claude Bébéar, qui a prononcé, devant l’assemblée des présents, un discours faisant le point sur la place de l’assurance au sein du monde actuel.

Fondateur du groupe AXA, Claude Bébéar, après avoir laissé, en mai 2000, la présidence du Directoire d’AXA à Henri de Castries pour devenir président du Conseil de Surveillance, est aujourd’hui président d’honneur du groupe qu’il a fondé.

Table ronde sur Solvabilité II organisée par le CESARM – 4 avril 2012

A l’occasion de son lancement, le CESARM (Cercle de l’Ecole Supérieure d’ Assurances Risk Managers) organise une table ronde sur : La gestion des risques et Solvabilité II.

La table ronde du CESARM aura lieu le Mercredi 04 avril 2012 à 18h, à l’adresse suivante : Siège de la FMP / 19 Cité Voltaire / 75011 Paris / Métro : Nation.

Toutes les personnes intéressées par cet événement sont invitées à y participer gratuitement. Pour cela, il suffit de confirmer sa présence par téléphone au 06 16 67 17 77 ou par mail à l’adresse : evenement@cesarm.fr avant le 30 mars 2012.

Mémoire : La place du courtier parmi les autres intermédiaires d’assurances et prestataires de services – Farah DBIRI (Manager de l’Assurance, promotion 2009-2011)

L’Ecole Supérieure d’Assurances (ESA) présente ici le mémoire de Mademoiselle Farah DBIRI, mémoire intitulé : « A quelle place le courtier peut-il prétendre parmi les autres intermédiaires d’assurances et prestataires de service ? ». Farah Dbiri a rédigé son mémoire dans le cadre du cursus de « Manager de l’Assurance », cursus de deux années qu’elle a effectué à l’ESA de 2009 à 2011. Farah Dbiri exerce aujourd’hui la fonction de « Gestionnaire Souscription Gestion Privée » au sein du Groupe DIOT.

Comment les courtiers se sont-ils adaptés aux différents bouleversements survenus dans le paysage économique et dans le secteur de l’assurance français ? Quelle place ont-ils parmi les autres « intermédiaires d’assurance » ? Pourquoi leur fonction de professionnels soumis aux devoirs d’information et de conseil s’est-elle encore renforcée ? Quelles stratégies doivent-ils adopter pour répondre aux défis de demain ? Enfin, pourquoi le courtier est-il toujours d’une aussi grande utilité pour l’assuré, et pourquoi demeure-t-il (malgré l’évolution de la conjoncture qui semblerait, a priori, lui être défavorable…) un acteur absolument indispensable dans le monde de l’assurance, et non, comme certains pourraient le prétendre, un maillon devenu, à l’heure de l’Internet, désormais inutile dans le processus de diffusion/ distribution des produits d’assurance ? C’est à l’ensemble de ces questions que se propose de répondre le mémoire de Farah DBIRI.