La vie de l'ESA

La France qui ose est souvent la France qui gagne

Le monde numérique favorise l’émergence d’une économie où les acteurs qui souhaiteront avoir leur mot à dire, voire jouer un rôle majeur, dans la nouvelle société devront être dotés de trois qualités, à savoir : la « capacité d’innovation », la « rapidité dans réalisation et la mise en œuvre des idées » et l’ « agilité ».

La « capacité d’innovation » est, dans la nouvelle économie qui est en train d’émerger et de se développer, la « vertu » première (en ordre aussi bien chronologique que d’importance) permettant d’être le concepteur, et donc l’initiateur d’une rupture sociétale ou technologique.

En effet, la stratégie des entreprises numériques mondialisées telles que les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) est la suivante : imposer, massivement et par le biais des nombreux moyens de lobbying dont ils disposent, dans le système compétitif mondial, un nouvel usage lié au développement d’une nouvelle technologie. Cette action a pour double effet de valoriser l’image des ces entreprises auprès des clients/ utilisateurs (les GAFA passent alors pour des champions de l’innovation), et de contraindre leurs concurrents et/ou leurs partenaires à suivre, pour rester dans la partie, l’initiative de ces « têtes de proues ». Têtes de proues qui ont, dès le début et par définition (puisque les innovations ont été conçues et développées dans leurs laboratoires de recherche), toujours un train d’avance sur les sociétés qui courent derrière elles pour rattraper leur retard.

L’un des objectifs prioritaires des entreprises qui souhaitent prendre un rôle de leader dans ce nouveau secteur devrait donc être d’être à l’origine d’une rupture technologique pour se retrouver à leur tour en « tête de proue ».

Mais avoir de bonnes idées ne suffit pas… Il faut encore pouvoir les mettre en œuvre rapidement (pour éviter de se faire doubler par d’autres start-up plus efficientes qui pourraient récupérer l’idée innovante à leur compte), tout en contournant les obstacles et en faisant face aux imprévus de façon « agile ».

La France est un pays qui n’est pas, loin s’en faut, en reste en matière d’innovation. Cet article de Pierre-René Lemas (Directeur Général de la Caisse des Dépôts et Consignations), publié dans les Echos du 14 avril 2015, est un éloge à l’innovation qui rappelle, avec la force d’un slogan, que: « La France qui ose est souvent la France qui gagne ».

Bâtir la France du futur

La logique vous mènera de A à B. L’imagination vous mènera partout. » Albert Einstein.

Cette phrase d’Albert Einstein est d’une modernité absolue. Dans un siècle qui se jette dans les bras de l’innovation, elle vient à point nommé rappeler combien la créativité a besoin de sortir des sentiers battus. Car tout n’est pas qu’affaire de logique. L’imagination – au sens d’une pensée en images loin d’être un obstacle à la connaissance scientifique, peut être tout à fait précieuse. Albert Einstein pensait en images. « Les mots ou le langage, écrit ou parlé, ne semblent jouer aucun rôle dans mon mécanisme de pensée […] Les éléments de pensée sont, dans mon cas, de type visuel », écrit Einstein. Il ajoute que les mots conventionnels destinés à exposer sa pensée viennent après « laborieusement ». Et, s’il fallut de nombreux Christophe Colomb, Copernic, Galilée, Darwin, Pasteur, Newton et tant d’autres pour nous ouvrir le monde tel qu’il est, que d’obstacles se sont dressés sur leur route ! Ils durent, avant tout, se battre contre les dogmes. Pensons à Etienne Marey, médecin de formation, qui, un beau jour, s’intéressa à l’étude du vol des oiseaux. Il remarqua que derrière l’image continue du vol des oiseaux il y avait une succession de mouvements. La succession rapide de ces mouvements donnait une image continue : il mit ainsi au point la chronophotographie, importante étape vers la cinématographie. Aurait-il fait cette découverte s’il était resté dans une approche purement cartésienne, purement logique ?

De nos jours, la révolution numérique a consacré un grand nombre d’entrepreneurs qui ont eu, un jour, l’audace de penser que tout était possible. Facebook, YouTube, Twitter, Airbnb, Instagram, Snapchat. Sans imagination, la création n’est rien. Sans imagination, les codes et les conventions peuvent conduire à l’inertie. Sans imagination, le futur ne se dessine que comme un prolongement du présent. J’en veux pour exemple, aussi, le fait que de nombreux gouvernements, partout dans le monde, travaillent sur leurs « smart cities », ces villes de demain où tout est pensé en termes de respect de l’environnement, de design, d’espaces à vivre, de gestion d’énergie… Architectes, ingénieurs, chercheurs, bâtisseurs travaillent de concert pour rendre possible un projet né dans l’esprit d’un visionnaire. Rien n’est plus fort que d’oser. Et cela reste vrai pour un pays comme la France, même si tant de professionnels du pessimisme brouillent les pistes. La France qui ose est souvent la France qui gagne.

La Caisse des Dépôts avance avec son siècle et doit assurer un rôle d’innovateur, d’incubateur, d’inventeur du futur. Elle s’est d’ailleurs engagée à imaginer l’avenir à l’occasion de son bicentenaire en 2016 avec le projet « Imaginez 2050 », proposé à ses collaborateurs, et nous savons, déjà, que notre horizon c’est l’accompagnement des transitions : transition écologique, numérique, démographique, territoriale. Ce sont des défis passionnants, qui sauront être relevés grâce à une mobilisation sans précédent de tous les acteurs sur tous les territoires. La CDC est à l’offensive en engageant des tours de table pour financer des projets, en mobilisant les investisseurs privés pour décupler sa force de frappe… C’est cette volonté d’aller encore plus loin en faveur de l’intérêt général qui nous a, par exemple, permis d’accompagner les PME, de financer l’innovation avec notre filiale bpifrance ou de créer des véhicules de financement innovants en faveur des entreprises en croissance. C’est en passant de la vision à l’idée et de l’idée au projet que nous bâtirons la France de demain.

Pierre-René Lemas

Les commentaires de cet article sont fermés.