La vie de l'ESA

Les acteurs de l’économie collaborative

L’un des préjugés récurrents concernant l’économie collaborative consiste à affirmer que ce mouvement est principalement porté par des acteurs, individuels et collectifs, mus par des valeurs basées sur la solidarité et le partage ; autrement dit, que la pratique et le développement de la « nouvelle économie » sont des actes militants, avant d’être des réponses concrètes apportées par la société civile aux problèmes générés par la crise économique.

Or, l’étude effectuée en 2015 par OuiSahre, présentée succinctement dans cet article publié dans l’Argus de l’Assurance le 21 août 2015, et téléchargeable tout à la fin de cette page, va à l’encontre de ce cliché, et démontre que les acteurs de l’économie collaborative (qu’il s’agisse des fournisseurs de biens et/ou de services ou des usagers de ces biens et/ou services) sont avant tout mus par des mobiles d’ordre pragmatique.

Cette « découverte », rendue possible par des études « de terrain », conduit les spécialistes de l’ « économie collaborative » à scinder cette nouvelle discipline en deux branches, à savoir une branche « marchande » et une branche « non-marchande », la première rassemblant ceux qui se lancent sur ce nouveau créneau car ils y voient une opportunité d’affaires comme une autre, la deuxième réunissant au contraire des acteurs qui s’engagent sur ce nouveau terrain par conviction, et car ils placent les « valeurs » devant tous les autres mobiles d’action.

Quel est plus précisément le profil des acteurs de l’économie collaborative ? Dans quel mesure ce « portrait-robot » du consommateur collaboratif peut-il nous permettre d’en apprendre plus sur ce mouvement ?

C’est à ces questions que vous pourrez répondre en découvrant non seulement l’article ci-dessous, mais aussi et surtout l’intégralité de l’étude OuiShare, téléchargeable à la fin de cet article.

Economie collaborative : le portrait-robot du consommateur

Une femme citadine qui achète et revend des objets dans un souci pratique… Tel est le portrait-robot du consommateur collaboratif dressé par OuiShare, collectif et think-tank de l’économie collaborative et repris par Generali France dans une infographie. Un profil-type d’où découlera 5 scénarios possibles pour l’avenir de l’économie du partage.

Economie collaborative

Les modes de consommation en lien avec l’économie collaborative se concentrent pour l’essentiel sur l’achat et la revente de biens.

Une consommation centrée sur l’achat et la vente d’objets d’occasion

Economie collaborative

Quatre profils types : le pragmatique, l’engagé, l’opportuniste et le sceptique

Economie collaborative

5 scénarios sur l’avenir de l’économie collaborative

Sur la base des résultats de leur enquête, OuiShare et la Fondation internet nouvelle génération (Fing) anticipent 5 scénarios sur les formes que pourraient prendre les nouveaux modes de consommation collaborative :

  • Une scission en deux sphères : l’une orientée vers l’économie sociale et solidaire (ESS) et l’autre s’intégrant une logique capitaliste.
  • L’apparition de hubs de partage physiques et numériques pour outiller et faciliter les pratiques de partage sur les territoires.
  • Conception des objets pour être directement partagés. Cette évolution est susceptible de bouleverser les acteurs traditionnels dont l’assurance.
  • Diffusion massive des usages collaboratifs des jeunes à mesure qu’ils entreront dans la vie active et citoyenne.
  • Mutation de la consommation collaborative vers consommation de plus en plus coopérative.

Sébastien Acedo

Article publié dans l’Argus de l’Assurance, le 21 août 2015

Téléchargement de l’étude « OuiShare » sur le portrait-robot du consommateur de l’économie collaborative

Téléchargé (PDF, 667.11KB)

Les commentaires de cet article sont fermés.