Vous avez désiré suivre une école supérieure d’assurance grâce à une formation professionnelle et souhaitez bien préparer votre rentrée scolaire. Voici toutes les informations que vous devez connaître pour suivre des cours en école d’assurance, de gestion de patrimoine, d’immobilier et autres spécialités.

Les formations assurées par une école supérieure d’assurance

Si vous désirez suivre une formation professionnelle en école supérieure d’assurance, sachez que plusieurs formations peuvent vous être proposées. Elles varient en fonction des études que vous avez suivies. Par exemple, avec un Bac + 2, vous pouvez suivre une formation professionnelle sur 2 ans pour passer un BTS Assurance. Si vous avez un Bac + 3, vous pourrez suivre sur un an une formation de chargé de clientèle assurance et banque en alternance, en statut scolaire ou à temps plein. Si vous êtes titulaire d’un Bac + 5, en deux années, vous pourrez vous préparer aux métiers d’expert en ingénierie patrimoniale, de manager de l’assurance ou encore de manager des risques et des assurances de l’entreprise.

Ce qu’il faut savoir sur l’ESA ou l’école supérieure d’assurance

L’ESA est une école supérieure d’assurance classée 4ème. Elle a été créée voici plus de 30 ans à Paris par la FNSAGA ou Fédération Nationale des Syndicats d’Agents Généraux d’Assurances et le SFAC ou Syndicat Français des Assureurs Conseils. Cette école répond à tous les besoins des professionnels de l’assurance dont la certification est l’ISO 9001 qui vient garantir la haute qualité de ses enseignements.

Les métiers de l’assurance, des métiers d’avenir

Sachant que les métiers de l’assurance en général sont de plus en plus techniques et complexes, les compagnies d’assurances recherchent des personnes dont les qualifications sont adaptées à leurs métiers d’expertise. Ces groupes cherchent à recruter de plus en plus de jeunes titulaires au minimum d’une licence ou d’un master et de l’école supérieure d’assurance.

Alors que le chômage progresse en France, le secteur de l’assurance ne cesse d’embaucher. Ce phénomène est dû aux nombreux départs en retraite et à l’intérêt des jeunes diplômés du secteur.

ESA Paris, 01 septembre 2020

PARTAGER