Courtier est un métier qui attire de plus en plus de jeunes. Il faut dire qu’il a la particularité d’être entre deux chaises : la banque, l’agence immobilière ou l’assureur et le client. Pour réussir dans cette profession, plusieurs qualités et compétences doivent être requises.

Avoir le sens de la négociation et de la communication

Le courtier est avant tout un négociateur avéré. Cette caractéristique demande la mobilisation de plusieurs étapes : la communication avec le client pour connaître ses besoins, entrer en contact avec les entreprises puis tenter de négocier le meilleur tarif possible. Le courtier doit donc avoir une certaine aisance à l’oral pour convaincre ses clients et ses partenaires. Toute sa crédibilité repose sur ce critère.

Être patient

Les négociations ne se font pas en quelques heures. Il faut parfois plusieurs mois pour arriver à décrocher ne serait-ce qu’une baisse de tarif ou l’introduction d’une clause dans un contrat. Il peut également être amené à faire des simulations et des devis dans des dizaines d’entreprises ou de banques différentes. Le courtier doit donc être patient et savoir garder son calme en toute circonstance. Paradoxalement, il doit aussi être rassurant auprès des clients pour prouver qu’il fait son boulot, mais que la négociation est lente.

Maîtriser un minimum l’anglais

Le courtier travaille avec des entreprises internationales et peut même parfois entrer sur les marchés internationaux. La langue utilisée dans ces situations est l’anglais. Le courtier ne doit pas obligatoirement être bilingue, mais il doit être en mesure de tenir une conversation et de comprendre le vocabulaire qui est en lien avec la négociation, l’immobilier, le monde de l’assurance ou le secteur bancaire.

Avoir des bases juridiques

Pour pouvoir mener la négociation d’une main de maître, le courtier doit avoir quelques notions juridiques en tête pour pencher la loi de son côté. Cet aspect est souvent évoqué dans les écoles qui préparent à cette fonction.

Le métier de courtier est intéressant puisqu’il mêle plusieurs compétences à la fois. Dans la vie d’un courtier, il n’y a pas de place pour l’ennui et la routine.

ESA Paris, 22 juin 2021

PARTAGER