Depuis plus d’un an, la majorité des pays du monde ont connu toute l’ampleur des répercussions de la pandémie de Covid-19. Ce fléau a créé des impacts négatifs majeurs que ce soit sur le plan social qu’économique. En ce qui concerne le monde de l’assurance, des changements ont été constatés. De nombreuses questions juridiques ainsi que des litiges ne laissent pas les assurés et les entreprises indifférents. 

Qu’en est-il de l’assurance voiture ?

D’une manière générale, l’assurance est supposée couvrir les aléas et non une pandémie omniprésente. Certes, la situation actuelle ne constitue pas une garantie d’assurance financée par une cotisation ou encore moins un risque aléatoire. Il s’agit d’un risque systémique qui touche l’économie mondiale. Il convient ainsi de souligner que les compagnies d’assurance ne couvrent que les risques dont la probabilité est maîtrisée. 

Ainsi, du côté de l’assurance voiture, les assureurs ont optimisé leurs règles d’assistance en cas d’accidents ou de panne. Ils ont mis en place des solutions pratiques en tenant compte des limitations de déplacement. Face à l’immobilisation des véhicules, les compagnies d’assurance ont validé le gel de certains contrats d’assurance sans annuler les clauses obligatoires. De même, les assureurs ont l’opportunité de réaliser des économies en remplissant quelques conditions.

L’impact du Covid-19 sur la responsabilité civile professionnelle

Concernant l’assurance responsabilité civile professionnelle, quelques points sont à analyser. Souvent, les assureurs ne donnent pas d’importance au risque « épidémie ». La forte possibilité de contamination peut menacer leur solvabilité. Durant la période d’alerte, les gérants et autres chefs d’entreprise sont tenus d’appliquer des mesures préventives requises pour la sécurité des employés. 

Est-ce que le télétravail est couvert par l’assurance habitation ?

Le télétravail a le vent en poupe depuis l’année dernière à cause de la pandémie de Covid-19. Le recours à cette pratique a entraîné les salariés à se soucier de leur situation. Ils se demandent si cela reste inclus dans leur contrat d’assurance d’habitation ou s’il s’agit de la responsabilité de leurs employeurs. En guise de réponse, d’une part, le salarié reste protégé par l’employeur. Il est couvert pour les dommages immatériels, matériels et corporels. D’autre part, l’employé a le devoir d’avertir son assureur habitation. Même si cela n’est pas du tout obligatoire, il est indispensable de connaître les spécificités de la couverture. 

La crise sanitaire a apporté des changements au niveau de plusieurs domaines clés, comme le secteur assurantiel. Assurés et assureurs se trouvent dans une situation difficile. Néanmoins, les deux parties s’efforcent de trouver un compromis pour s’adapter à la nouvelle réalité.

ESA Paris, 10 août 2021

PARTAGER