Suite aux annonces de confinement, l’École Supérieure d’Assurance a été contrainte de fermer ses locaux et a décidé de prolonger les enseignements en distanciel. Des modules de e-learning ont ainsi été mis en place pour faciliter le suivi des cours pas les étudiants, tant en Bachelor, Master que MBA, depuis leur domicile. En outre, ces modules d’enseignement sont délivrés progressivement par le corps professoral afin de permettre aux étudiants de les assimiler régulièrement et à un rythme normal.

Une numérisation croissante

Les enseignements nécessitant des rassemblements au sein de l’École Supérieure d’Assurance ont par ailleurs été convertis en classes virtuelles. Des logiciels sont prévus à cet effet. L’évaluation des modules a lieu en ligne, et permet de contrôler l’assimilation par des tests numériques qui, si réussis, donnent lieu à une validation des matières concernées.

Un processus appliqué dans d’autres formations

Ce processus est généralisable, car il a été mis en place dans l’ensemble des grandes écoles pouvant donner lieu à des carrières dans les assurances, notamment les grandes écoles d’actuariat et les grandes écoles d’ingénieurs à orientation financière ou assurantielle. Suite à des directives ministérielles, la validation des crédits ECTS a été autorisée par voie numérique, et un décret a permis d’établir des conventions de stage électroniques. La recherche de stages, importante dans une formation, et souvent nécessaire à la validation, est en revanche compliquée par une baisse des offres et un stress de la demande en France du fait de l’annulation ou du report des stages à l’étranger, et de la suppression des offres correspondantes. Cela peut conduire à des situations individuelles complexes, qui nécessiteront sans doute des adaptations annexes.

Pour conclure, les enseignements en Bachelor, Master et MBA, qui s’appuyaient déjà sur une utilisation intensive de l’outil numérique, n’ont fait que poursuivre leur numérisation des suites du confinement. Les seules difficultés rencontrées qui persistent sont les disparités des connexions Internet.

ESA Paris, 09 juin 2020

PARTAGER