Une assurance est un système qui permet d’anticiper d’éventuelles péripéties. Qu’il s’agisse d’un vol, d’un accident ou de tout autre évènement imprévu, elle vous protège des dégâts matériels ou financiers que cela engendrerait. Mais au fond, comment fonctionne ce système ? L’assurance est basée sur le concept de risque, qu’il est essentiel d’évaluer en exploitant des techniques statistiques et mathématiques.

L’opération assurance

L’assurance est fondée sur le principe de la mutualisation des risques. Il s’agit, en effet, d’un mécanisme de partage de risques, de manière à ce qu’ils s’équilibrent entre eux.

Néanmoins, pour éviter de compromettre l’ensemble du dispositif, il faut que les risques intégrés à la mutualité soient homogènes, dispersés et divisés. Homogènes, les risques de même nature, qui ont la même probabilité de réalisation, sont regroupés. Dispersés, ceux qui ont la chance de se produire au même endroit et au même moment sont séparés. S’agissant de la division, elle permet d’éviter à un sinistre à lui seul de nuire à la mutualité.

La cotisation mensuelle

Grâce aux statistiques, l’assureur calcule aisément le montant de la cotisation qu’il soumet à ses assurés. Ceux-ci devront donc lui verser une somme chaque mois. L’ensemble de ces cotisations représente le pot commun et c’est de là que l’argent est prélevé pour couvrir les frais liés aux dégâts occasionnés par un évènement imprévu auquel fut confronté un assuré.

Les techniques de division des risques

Lorsqu’un risque est énorme et que l’assureur seul ne peut pas le prendre en charge, il opte pour la coassurance et la réassurance.

La coassurance consiste à partager équitablement un risque entre plusieurs assureurs. La réassurance, quant à elle, est une opération selon laquelle une société d’assurance s’assure auprès d’une autre société pour recevoir de l’aide.

Le contrat d’assurance

Le contrat d’assurance repose sur les engagements réciproques des deux partis : l’assureur et l’assuré. Les caractéristiques de ces engagements sont détaillées dans les documents contractuels à travers les conditions générales et les conditions particulières.

ESA Paris, 07 décembre 2021

PARTAGER