La crise économique engendrée par le COVID touche déjà certains secteurs de l’économie et celui de l’assurance n’y échappera probablement pas. Pourtant, l’emploi dans ce domaine a connu en 2019 une croissance dynamique avec une augmentation des besoins de formation en assurance. C’est un marché diversifié par la multitude de métiers qui s’y rapportent et en pleine expansion. Alors, quel est réellement l’impact du COVID sur l’emploi dans l’assurance ?

La croissance de l’emploi dans l’assurance menacée par le COVID

En 2019, l’emploi dans l’assurance a enregistré un record de +10,5 % de nouveaux entrants. La crise du COVID risque d’enrayer cette croissance, affectant la capacité de recrutement. Pourtant, lors de la dernière crise financière de 2009, l’emploi du secteur avait augmenté pour faire face à l’évolution des besoins. Le même schéma est envisageable aujourd’hui. Le COVID et la crise qui en découle constituent de nouveaux risques à gérer. L’importance d’une formation en assurance reconnue, proposée en alternance, en formation professionnelle ou en VAE, s’avère donc cruciale pour s’insérer dans ce marché de l’emploi.

La digitalisation du métier de l’assurance accélérée par le COVID

La capacité du secteur à maintenir ses activités au cœur de la crise sanitaire a été facilitée par le télétravail. Cela a accéléré la digitalisation du métier, déjà à l’œuvre depuis plusieurs années. Les services se dématérialisent. De plus en plus d’activités se réalisent à distance, mais l’expérience client reste également une priorité. Une formation en assurance qui prépare à tous ces enjeux donnera les meilleures armes pour s’insérer sur le marché de l’emploi. La compréhension des cyber-risques ou de l’utilisation du Big Data vont s’accentuer comme prérequis essentiels d’un enseignement qui prépare aux besoins du secteur.

La crise engendrée par le COVID va incontestablement affecter l’emploi dans l’assurance. Une formation reconnue dans ce secteur en pleine transformation digitale permettra aux futurs candidats de s’insérer parfaitement dans ce marché.

ESA Paris, 20 octobre 2020

PARTAGER